BFM Business

Chômage: "Nous sommes encore loin du but" pour Jean-Marc Ayrault

Le chômage a encore augmenté au mois de mai.

Le chômage a encore augmenté au mois de mai. - -

Le nombre de chômeurs a augmenté de seulement 100 personnes par rapport à avril, selon les chiffres publiés mercredi 26 juin par le ministère du Travail. Une accalmie selon le Premier ministre.

Est-ce un simple répit ou les prémices d'une inversion de la tendance? Mercredi 26 juin, les chiffres publiés par le ministère du Travail ont été meilleurs que d'accoutumée. Seulement 100 personnes (chômeurs en catégorie A) de plus sont venues grossir les rangs de Pôle Emploi au mois de mai, par rapport au mois d'avril.

Sur un an, le nombre de demandeurs d'emploi a toutefois augmenté de 11,5%. En cumulant les trois catégories principales (A, B et C, voir encadré), le ministère du Travail souligne que "pour la première fois depuis octobre 2010", il est en diminution, avec 3.600 personnes en moins.

"Nous sommes encore loin du but, c'est une accalmie mais elle doit nous conduire à nous mobiliser encore davantage", a déclaré Jean-Marc Ayrault, mercredi soir, en marge d'une visite à l'hôtel de ville de Fort-de-France. "Il y a encore beaucoup trop de gens au chômage, beaucoup de jeunes, beaucoup de chômeurs de longue durée", a-t-il ajouté. 

"Quels que soient les chiffres, la tendance est beaucoup trop haute. Nous sommes encore à un haut niveau de chômage, il ne faut pas se leurrer", a poursuivi le chef du gouvernement. 

Toutefois ces chiffres sont à prendre avec des pincettes.Au mois de décembre dernier, les chiffres mensuels (pour la catégorie A) n'avait enregistré qu'une très faible hausse du nombre de demandeurs d'emploi (+300). Cela n'avait pas empêché le chômage de repartir de plus belle dans les mois suivants.

D'ailleurs le ministère du Travail s'est bien gardé bien de tout triomphalisme: "Cette stabilisation de mai s’inscrit dans une tendance qui reste à la hausse, et le restera dans les mois à venir", a-t-il expliqué dans un communiqué. "Ce résultat, qui n’est pas encore le retournement attendu, est un encouragement à poursuivre les efforts en vue de l’inversion durable de la courbe du chômage".

"Il se passe quelque chose sur le front de l'emploi"

Le nombre de chômeurs reste à un niveau record de 3,26 millions de personnes. Néanmoins, le taux de chômage lui n'a pas encore dépassé son plus haut de décembre 1997 (10,8% en France métropolitaine), la population active étant plus nombreuse qu'il y a quinze ans. Selon les derniers chiffres publiés par l'Insee, le taux s'élève actuellement à 10,4%.

Michel Sapin avait prévenu que les chiffres ne seraient pas forcément bons. Néanmoins il avait estimé, dimanche 23 juin sur BFMTV, qu'"il se passe quelque chose" sur le front de l'emploi, laissant vaguement augurer un léger mieux.

A son crédit, les chiffres de l'intérim, publiés mercredi, ont montré une embellie, certes timide mais réelle. Au premier trimestre 2013, 13.300 salariés intérimaires en plus ont été recensés, ce qui est venu mettre fin à six trimestres consécutifs de baisse. Reste à savoir si ces chiffres laisseront augurer d'une vraie reprise pour l'emploi.

A LIRE AUSSI:

>> Pourquoi le chômage devrait encore augmenter

>> L'Europe s'attaque au chômage des jeunes

>> Emplois non pourvus: les chiffres du Medef ne sont pas ceux du gouvernement

>> Chômage: le gouvernement relance le traitement social

Julien Marion