BFM Business

Ayrault: "l'euro est un peu surévalué"

Jean-Marc Ayrault défend le politique industrielle de son gouvernement

Jean-Marc Ayrault défend le politique industrielle de son gouvernement - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le chef du gouvernement est resté très flou, ce 14 mars dans une interview aux Echos, sur la baisse des charges des entreprises comme sur le détail des 50 milliards d'euros d'économies. Il reconnaît par ailleurs que l'euro est "un peu surévalué".

Il ne reste qu'une quinzaine de jours à l'exécutif "pour boucler le pacte de responsabilité et en parallèle définir notre plan de 50 mlliards d'économies, les deux vont de pair". Jean-Marc Ayrault rappelle dans une interview aux Echos de ce vendredi 14 mars que l'exécutif doit faire ses choix rapidement.

Concernant les baisses de charges liées au pacte, il reste volontairement très flou, confirmant simplement après François Hollande, mardi, qu'"avec l'enveloppe de 10 milliards qui vient s'ajouter au Cice, notre priorité est double : améliorer la compétitivité de nos entreprises en France et à l'exportation et la situation de l'emploi".

Le chef du gouvernement affirme à propos des craintes d'une partie du patronat à propos de baisses de charges qui iraient massivement sur les bas salaires: " nous sommes en train de chercher le bon réglage". Mais il ne donne pas de détails précis. Il rappelle seulement à l'égard des chefs d'entreprises que "la première contrepartie des baisses de charges, c'est le dialogue social".

Le retour au 3% de déficit n'est pas négociable

Jean-Marc ayrault se défend ensuite de vouloir repousser la date du retour aux 3% de déficit en 2015 comme le craint Bruxelles. " Nous avons pris ces engagements, nous les tiendrons". Mais là aussi, il reste dans le vague.

Tout comme pour les 50 milliards d'euros d'économies publiques annoncées par François Hollande. Ces "50 milliards sont nécessaires pour réduire le déficit et la dette, tout en finançant nos priorités". A la question d'une possible réduction du nombre de fonctionnaires, il se contente de répondre : " les arbitrages ne sont pas encore rendus".

Le taux de marge des entreprises remonte

Jean-Marc Ayrault revient ensuite sur la politique industrielle. Grâce selon lui à l'action de son gouvernement, " la part de l'industrie dans le PIB est remontée fin 2013 pour passer à 11,5%, le taux de marge s'est redressé à 23% contre 19% mi-2012 et l'investissement des entreprises non finanières est repartie à la hausse".

Il concède dans ce cadre que "l'euro est un peu surévalué". Mais ajoute-t-il, " au sein de zone euro, la compétitivité n'est qu'en partie liée au taux de change. Conséquence selon lui, l'euro fort "ne doit pas nous dissuader de faire des efforts pour regagner en compétitivité".

P.C