BFM Business

Ayrault: "la baisse des charges sera concentrée sur les bas salaires"

Jean-Marc Ayrault était l'invité de BFMTV-RMC ce jeudi 6 mars.

Jean-Marc Ayrault était l'invité de BFMTV-RMC ce jeudi 6 mars. - -

Le Premier ministre était l'invité de BFMTV-RMC, ce jeudi 6 mars. Il s'est félicité des derniers chiffres du chômage et est revenu sur le pacte de responsabilité, annonçant des mesures pour les indépendants et les coopératives.

Jean-Marc Ayrault était l'invité de BFMTV-RMC, ce jeudi 6 mars. Alors que l'Insee a publié un taux de chômage en très léger recul (-0,1% en comptant les DOM) pour le dernier trimestre de 2013, le Premier ministre s'est logiquement félicité de ces chiffres et a aussi évoqué le déficit, au lendemain d'une importante mise en garde de Bruxelles à la France sur ce sujet.

> Le chômage, "'le seul pourcentage qui m'intéresse"

Le Premier ministre s'est appuyé sur les chiffres de l'Insee, qui sont calés sur les normes du BIT (Bureau International du Travail). Il a affirmé que "le chômage est en train de reculer". "C'est le moment d'accélérer, de mettre le turbo pour que 2014 soit l'année de la reconquête économique et du recul durable du chômage".

Et Jean-Marc Ayrault d'affirmer qu'"un seul pourcentage m'intéresse, celui du chômage". Il a confirmé que l'objectif est de "faire baisser le chômage en 2014" sans donner plus de précisions.

> Les baisses de charges "concentrées sur les bas salaires"

S'agissant des baisses de charges liées au pacte de responsabilité, Jean-Marc Ayrault a assuré qu'elles seront "concentrées sur les bas salaires", rappelant que cela est déjà le cas "dans le cadre du crédit d'impôt compétitivité". "C'est là qu'il y a de l'emploi, que l'on peut embaucher".

Ces baisses de charges concernent 80% des salariés. Jean-Marc Ayrault a également promis que nous "ferons quelque chose pour les travaileurs indépendants et les coopératives".

Il a rappelé que l'objectif du dialogue social est que ces baisses "n'aillent pas aux dividendes mais à la formation, à l'investissement, à l'emploi".

> Le pacte de responsabilité aura des objectifs chiffrés dans les branches

Evoquant, à nouveau, le pacte de responsabilité, il est revenu sur l'accord signé la veille entre le patronat et trois syndicats. Il a assuré" que les objectifs seront chiffrés "dans les branches". Le niveau de ces chiffres "dépendra des branches. Certaines vont mal, d'autres sont en croissance", a-t-il commenté.

"Il faut saluer les partenaires sociaux. Tous n'ont pas signé, je le regrette mais c'est leur responsabilité", a poursuivi Jean-Marc Ayrault.

> Pas encore d'arbitrage sur la fiscalité des entreprises

Jean-Marc Ayrault a rappelé que la fiscalité des entreprises "pèse trop sur la production". Sans confirmer une baisse de l'impôt sur les sociétés (IS), il a déclaré être "favorable à ce qui va améliorer la capacité d'investissement des entreprises, notamment pour créer des emplois".

> Des "efforts sans précédent pour faire reculer la dette"

Interrogé sur la mise sous surveillance renforcée de Bruxelles, qui a épinglé, mercredi 5 mars, la France sur ses déficits, Jean-Marc Ayrault a défendu l'action de son gouvernement.

"S'agissant de la dette, mon gouvernement a fait un effort sans précédent pour faire reculer la dette et le déficit dans le pays". "Nous tenons nos objectifs de dépenses", a-t-il argué, affirmant également que l'Etat a dépensé moins que ne le prévoyait le dernier collectif budgétaire de 2013.

Il a rappelé que lorsqu'il est arrivé à la tête du gouvernement, le déficit était à 5,3% avant de reculer ensuite à 4,8%.

Il a ce titre insisté sur l'objectif d'une baisse des dépenses publiques de 50 milliards d'euros. Il a évoqué des réformes structurelles, citant le développement de l'ambulatoire dans les hôpitaux ou encore la consommation accrue des médicaments génériques.

Il a enfin indiqué que, fin avril, il détaillera "les grandes masses" dans lequel le gouvernement effectuera des économies.

J.M.