BFM Business

Ayrault: l'entrée de l'Etat chez PSA est "une opération stratégique majeure"

Jean-Marc Ayrault justifie l'entrée de  l'Etat au capital de PSA.

Jean-Marc Ayrault justifie l'entrée de l'Etat au capital de PSA. - -

Alors que PSA vient d'officialiser, ce 19 février, l'entrée à son capital de Dongfeng et de l'Etat, le Premier ministre a salué l'opération. Avant lui, Pierre Moscovici avait justifié sur RTL cette présence en assurant qu'elle garantissait l'ancrage français du groupe sans fermeture d'usines.

Quelques heures à peine après l'annonce officielle de l'entrée de Dongfeng et de l'Etat français au capital de PSA, ce 19 février, Jean-Marc Ayrault a qualifié dans un communiqué d'"opération stratégique majeure" l'entrée de l'Etat dans le capital de PSA, un "acte de responsabilité" qui appelle "une exemplarité du groupe au bénéfice de l'attractivité et de l'emploi en France."

Le Premier ministre a ajouté: "c'est aussi un acte de responsabilité de l'Etat vis-à-vis d'une des principales filières industrielles du pays. Il appelle naturellement une exemplarité du groupe au bénéfice de l'activité et de l'emploi en France".

L'Etat est là pour longtemps

Un peu plutôt, Pierre Moscovici s'était félicité de cet accord. Sur RTL, le ministre de l'Economie a estimé qu'il "assure la pérennité de PSA". "C'est l'encrage en France (de PSA, ndlr) qui est garanti", a-t-il estimé.

Il a en effet rappelé qu'à côté de l'accord capitalistique, il y avait un accord industriel prévoyant 1 million de véhicules produits en France d'ici 2016, 1,5 milliard d'euros d'investissements et 75% de la R&D qui restera en France. Il ne devrait donc pas y avoir de "fermeture d'usines".

"C'est un accord avisé et stratégique", a-t-il ajouté. Il a aussi voulu insister sur le caractère pérenne de la présence de l'Etat. " Nous sommes là pour durer. Nous n'avons pas vocation être un actionnaire dormant". Il rejoint ainsi Arnaud Montebourg qui, hier, estimait que l'accord permettrait la renaissance de PSA.

|||sondage|||1644

P. C.