BFM Business

Tri des déchets: trois ans après, McDonald’s reste hors la loi

-

- - BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

Seuls 32% des restaurants McDo seraient équipés en poubelles de tri selon un rapport paru ce jeudi. Or depuis trois ans, les chaines doivent en avoir installées dans 100% de leurs restaurants.

Trois ans après l’entrée en vigueur de l’obligation pour les chaînes de restauration de trier leurs déchets, McDonald’s reste hors-la-loi. À peine un tiers des McDo français auraient installé des poubelles jaunes, vertes, bleues etc, selon un rapport collaboratif citoyen paru ce jeudi.

Ce rapport a été coordonné par Marine Laclautre, une citoyenne qui avait lancé en janvier dernier une pétition pour inciter McDo à réduire ses déchets. Elle y expliquait que McDonald’s, pour qui la France est le deuxième marché mondial, générait 115 tonnes de déchets d’emballages par jour. La pétition avait récolté près de 150.000 signatures, et forcé le gouvernement à réagir.

La secrétaire d’État à la Transition écologique, Brune Poirson, avait convoqué les représentants français d’une dizaine d’enseignes de fast-food dont McDo, et exigé des engagements de mise en conformité avec la loi. Quelques mois plus tard, en juin, Brune Poirson leur avait laissé jusqu’à la fin de l’année pour équiper au moins 70% de leurs restaurants de poubelles de tri, sous peine d'appliquer des sanctions. 

Donc à deux mois de l’échéance, Marine Laclautre a sollicité les signataires de sa pétition pour aller vérifier par eux-mêmes l’avancée du dossier. Pendant trois semaines, de fin-octobre à début novembre, des citoyens de la France entière ont visité les McDo de leur région et photographié les poubelles.

Un manque de transparence

Résultat: sur un total de 1500 McDo français, 122 restaurants ont été visités, et seuls 39 étaient équipés de poubelles séparées pour le papier et carton, le verre et les autres types de déchets. Ce qui revient à une proportion de 32% de restaurants en conformité avec la loi, bien loin des 70% attendus dans 8 semaines. Et encore plus des 100% imposés par la loi depuis 2016.

Autre problème pointé par Marine Laclautre: le manque de transparence du géant américain des fast-food. Elle raconte avoir sollicité McDo pour obtenir des "données sur son travail global de réduction des déchets". Mais l’entreprise ne lui a jamais répondu, "c’est la raison pour laquelle nous sommes allés chercher les chiffres nous-mêmes".

McDo, qui a aussi refusé de rencontrer la jeune femme, communique pourtant sur le thème des déchets le jour-même de la sortie de son rapport. Le groupe annonce ce jeudi qu’il va retirer les couvercles de l’emballage des McFlury pour réduire sa production de déchets.

La non-conformité des restaurants McDo à la législation française sur le tri pourrait lui coûter cher. Elle est passible d'une sanction administrative pouvant atteindre 150.000 euros. Et elle constitue une infraction pénale punie d'une peine maximale de deux ans d'emprisonnement et de 75.000 euros d'amende. 

Nina Godart