BFM Business

Une pétition pour que McDonald’s réduise ses déchets recueille 100.000 signatures

-

- - BERTRAND GUAY / AFP

Une étudiante de 24 ans scandalisée par les tonnes de déchets produites par la chaine de fast-food a lancé une pétition pour l’inciter à mieux penser ses emballages et leur recyclage. Elle a recueilli 100.000 signatures en deux mois.

Marine 24 ans, végétarienne, va rarement dans des fast-food. Mais en janvier dernier, "pour faire plaisir à des collègues", elle les accompagne au McDonald’s. À la fin du repas, devant les plateaux jonchés de papiers gras, boites en carton et gobelets semi-plastiqués, qui vont tous aller dans la même poubelle, la jeune femme est "consternée", raconte-t-elle.

Plutôt que de lancer un appel au boycott, la jeune femme décide de lancer une pétition documentée sur la plateforme Change.org. Deux mois plus tard, près de 115.000 personnes l’ont signée.

Dans cette pétition, Marine souligne qu’un décret paru en 2016 exige des entreprises qui mettent plus de 10 tonnes de déchets par an sur le marché de trier notamment le papier, le carton et le plastique. Or en 2017, une étude de Zéro Waste montrait que "96% des fast-food" ne respectent pas cette règle, alors qu’ils produisent chaque année 13 milliards d’unités d’emballages.

L’association avait d’ailleurs déposé une plainte à ce titre en 2018. Les dirigeants des restaurants KFC et McDo mis en cause risquent jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende.

L’auteure de la pétition considère que la situation de McDo est d’autant plus alarmante que la première chaîne de fast-food en France est un très gros producteur de déchets. Elle en produit 1 kilo par seconde selon le rapport Zero Waste. Et ses gobelets et autres emballages, qui mélangent plastique et carton, sont de ce fait non-recyclables. Ainsi, seuls 25% des détritus produits par McDo seraient recyclés, calcule l'ONG.

L’auteure de la pétition propose donc à McDonald’s des idées pour réduire sa production d’ordure. Par exemple "utiliser de la vaisselle, comme dans la restauration classique", ou encore se pencher sur les emballages réutilisables, la consigne, le biodégradable. Marine ajoute même un lien vers un article présentant un nouvel emballage conçu au Japon, recyclable et partiellement composé de graines, qui se transforme en fleurs lorsqu’il est planté.

De son côté, le gouvernement a pris des mesures pour forcer les fast-food à réduire les masses d’ordures qu'ils mettent en circulation. La secrétaire d’État à la transition écologique a reçu les représentants de McDonald’s, Burger King et Starbucks en janvier dernier. Brune Poirson leur a laissé jusqu’à la fin du mois de mars pour se mettre en conformité avec la loi qui les oblige à trier leurs déchets.

En réaction à cette pétition, McDonald's France nous a indiqué que "sa démarche de réduction des emballages, initiée il y a plus de 15 ans, a permis de diminuer progressivement le poids de ceux-ci et d’atteindre 50 grammes de déchets d’emballage par client servi". Par ailleurs, la filiale française affirme que "le tri sélectif, déjà en place dans l’ensemble de nos cuisines et dans plus de 10% des salles de nos restaurants, continue de se déployer".

Nina Godart