BFM Eco

Supermarchés, drive, proximité... Comment le confinement a bousculé nos habitudes d'achat

Le ticket de caisse moyen augmente au drive

Le ticket de caisse moyen augmente au drive - BERTRAND LANGLOIS / AFP

Durant le confinement, les Français ont plébiscité le drive et les magasins les plus proches de chez eux. Des habitudes déjà en germe chez les consommateurs et qui devraient perdurer dans les années à venir.

Avec le confinement, le comportement des Français vis-à-vis de leurs courses alimentaires a bousculé le secteur de la distribution, analyse ce mercredi le panéliste Kantar, pour qui la crise sanitaire est une "aubaine" pour le commerce en ligne et les magasins de proximité.

Sur la période allant du 23 mars au 19 avril, donc en plein confinement, Kantar a constaté une croissance de 14% des dépenses des produits de grande consommation et frais en libre service (alimentaire, liquides, hygiène/beauté et entretien...), moins importante cependant que lors du précédent baromètre mensuel (+21,5%), durant lequel s'étaient effectués les fameux "achats de précaution" pré-confinement.

Il souligne également "une adaptation du comportement d'achat des foyers français" qui "font moins souvent les courses (-17%) mais remplissent plus leurs paniers (+37% en valeur)".

Les Français veulent davantage de drives

Le contexte actuel a par ailleurs favorisé "les circuits les plus accessibles ou digitaux" (numériques): ainsi, le seuil symbolique des 10% des dépenses pour des produits de grande consommation faites sur internet a été franchi (soit +3,8 points de parts de marché).

Le drive a fortement bénéficié de la période et devrait continuer à s'imposer dans les habitudes de consommation des Français. Ainsi selon une étude Hopps Group, 23% des Français utilisent en priorité les services en ligne livraisons (9%) et drive (14%). Et ils seraient prêts à le faire davantage. Près de huit Français sur dix se déclarent prêts à utiliser les services e-commerce de proximité et drive, et souhaitent que leurs commerçants les mettent en place.

"Le nombre de transactions a augmenté de 70% grâce à l'arrivée de 2,4 millions de nouveaux foyers clients", précise également Kantar dans son communiqué. Tous distributeurs confondus, les petits commerces alimentaires ont gagné des parts de marché, à 9%.

Les supermarchés se renforcent (+2,3 points) tandis que les hypermarchés, déjà fragiles avant la crise, voient leur poids dans les dépenses des ménages s'effondrer de 8,1 points, ce qui équivaut à "3,1 millions de foyers clients (qui) manquent à l'appel sur la période".

Enfin, si l'on détaille les parts de marché distributeur par distributeur sur cette période, c'est le groupement des Mousquetaires (Intermarché et Netto) qui est "le plus dynamique", avec une progression de 1,7 point à 16,7%, "grâce à des clients nettement plus fidèles", affirme Kantar.

Frédéric Bianchi avec AFP