BFM Business

Rouler en voiture électrique revient moins cher qu'en diesel… grâce au bonus à l'achat

Selon la dernière étude de l’UFC Que Choisir, les automobilistes ont intérêt à acheter une voiture électrique neuve plutôt qu'un modèle équivalent doté d'un moteur thermique. Le bonus à l’achat permet de rentabiliser son investissement dès la quatrième année.

Au bout de quatre ans, posséder une voiture électrique revient moins cher que posséder une voiture essence ou diesel. C’est ce qui ressort d’une étude publiée ce mercredi par l'UFC-Que Choisir. Ainsi, posséder une voiture électrique revient à 6.081 euros par an, contre 7.038 euros avec une voiture diesel.

1000 euros de dépense en moins par an

Assurances, coûts d’entretien, mais aussi coûts de l’énergie ou du financement, l’association de consommateur a listé toutes les dépenses engagées par le propriétaire d’une automobile. Grâce aux dépenses (pour l'instant) très faibles en énergie, la voiture électrique se révèle la moins onéreuse au quotidien.

En 2017, 32% des dépenses des automobilistes étaient en effet consacrés au carburant, et la hausse continue des prix de l’essence comme du gazole ces dernières semaines pèsent encore plus sur le portefeuille des ménages. Ainsi, avec seulement 181 euros de budget électricité par an, pour 15.000 kilomètres parcourus, contre 1181 euros pour les pleins de gazole sur la même distance, la voiture à batterie se montre la plus économique.

A condition bien entendu de se recharger à domicile. La recharge sur certaines bornes publiques peut se révéler beaucoup plus onéreuse. Le faible coût de l'entretien en garage et l'absence de vidange semble un autre atout de la voiture électrique. D'autant que les pièces de rechange des voitures sont de plus en plus chères.

Le bonus, le véritable atout

Mais le vrai plus côté budget réside en fait dans la subvention à l’achat des voitures zéro émission.

"Les véhicules électriques bénéficient d’un budget énergie […] bien inférieur à celui d’un véhicule diesel ou essence […] et surtout d’un bonus de 6000 euros à l’achat, sans lequel l’électrique ne serait pas rentable", résume l’UFC-Que Choisir dans son communiqué.

Sans ce bonus, le coût de détention d’une voiture électrique serait 13% supérieur à celui d’un diesel, en raison de son prix trop élevé. Selon la dernière étude de l’Observatoire Cetelem de l’Automobile, c’est d’ailleurs un frein à l’achat d’une voiture électrique: 61% des Français la trouvent trop chère.

Pour économiser grâce à sa voiture électrique, il faut surtout habiter à la campagne. Les automobilistes en électrique économisent 352 euros par rapport à ceux qui possèdent par exemple une Renault Mégane ou une Peugeot 308. En ville, les coûts de détention sont comparables.

Et les hybrides rechargeables?

Une alternative à l’électrique reste le GPL, avec un coût de détention de seulement 6812 euros par an. Certains constructeurs comme l’espagnol Seat essaient de pousser de leur côté une autre forme de motorisation au gaz, le GNV. Si un quart des Français y pense sérieusement pour son prochain achat automobile, l’hybride, et surtout l’hybride rechargeable reviennent en revanche très cher.

Comptez ainsi 8605 euros de dépenses par an pour un propriétaire d’hybride rechargeable. Les modèles sont en effet surtout pour le moment dans des marques premium. Plus lourd à cause des batteries, ce type de véhicule consomme plus une fois l’autonomie épuisée. "Cette technologie devient rentable à partir de la deuxième main", précise l’UFC Que Choisir.
Pauline Ducamp