BFM Business

Pourquoi il se vend (un peu) moins de lunettes de vue

Les ventes de lunettes ont représenté 12 millions d’équipements
complets (composés de deux verres et d’une monture) en 2017.

Les ventes de lunettes ont représenté 12 millions d’équipements complets (composés de deux verres et d’une monture) en 2017. - Denis Charlet-AFP

En 2017, les dépenses d'optique médicale ont baissé de 0,7%, sous l'effet d'une réduction du volume de lunettes vendues et de prix stables. En cause, les contrats de complémentaire santé dits "responsables" limitant la prise en charge à une paire tous les deux ans, selon la Drees.

Alors que le "reste à charge zéro" permettra d'ici à 2021 le remboursement intégral de certaines lunettes, la dépense totale des Français pour s'équiper de lunettes correctrices, a baissé. Ils ont modéré leurs dépenses d'optique médicale avec une baisse en 2017 de 0,7% à 6,113 milliards d'euros, dont 94,5 % au titre de verres et de montures de lunettes, sachant que les complémentaires santé en ont financé 73 %, soit 4,5 milliards d’euros.

C'est la première baisse depuis quinze ans, selon une publication récente de la Drees (direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques). Cette réduction de la consommation d'optique médicale est imputée à la baisse des volumes de lunettes vendues -12 millions de paires- en 2017 et à des prix stables.

La prise en charge est limitée à une paire tous les 2 ans

Pour la Drees, cette "sagesse" des dépenses est due à l'instauration en 2015 des contrats de complémentaire santé dits "responsables". Ces contrats sont tenus, en optique médicale, de limiter la prise en charge à une paire de lunettes tous les deux ans et de respecter des plafonds, dans le but de ralentir la progression des dépenses d’optique.

Ces contrats ont eu pour "conséquence une réduction de la quantité de lunettes vendues. Dans le même temps, la part d’équipements complets (monture + verre, NDLR) vendus à des prix supérieurs aux plafonds a baissé et les prix se sont concentrés entre les planchers et les plafonds – mais davantage dans la partie haute de cette fourchette" explique la note d'analyse de la Drees.

Concentration du prix des montures autour de 150 euros

En décomposant les dépenses entre verre et monture, "on constate une plus forte concentration des prix des montures autour de 150 euros depuis 2015. Ainsi, en 2017, 47 % des montures vendues l'ont été à un prix compris entre 120 euros et 179 euros, contre 39 % en 2010" explique le document.

En revanche, la part des verres complexes (plus chers) sur l’ensemble des ventes de paires de lunettes a constamment augmenté depuis 2010, passant de 45 % en 2010 à 53 % en 2017, ce qui contribue à la hausse de prix. Donc au final, le prix moyen d’une paire de lunettes a très légèrement augmenté en euros courants dans les années qui ont suivi l'instauration des : +0,3 % en 2015, +1,2 % en 2016 et +2 % en 2017.

Pour la Drees, "les effets modérés de la réforme sur les prix en optique peuvent s’expliquer par les niveaux relativement élevés des plafonds au regard des prix les plus souvent pratiqués et par le fait que, malgré la baisse des garanties les plus élevées, les personnes ont pu consentir à payer leur équipement à un prix fort."

Frédéric Bergé