BFM Business

Paris-Nice en train de nuit: Flixtrain prendra sa décision au printemps

BFM Business
L'opérateur ferroviaire privé Flixtrain étudie le lancement d'un train de nuit régulier Paris-Nice en 2021. Sa décision sera prise au printemps 2020. Plusieurs questions restent en effet à régler avant de se lancer.

Alors que l'offre de trains de nuit n'a cessé de se réduire en France, l'ouverture à la concurrence du transport de voyageurs en 2021 dans l'Hexagone pourrait relancer certains liaisons. Flixtrain, l'opérateur ferroviaire allemand déjà présent sur le marché outre-Rhin, confirme son intention d'ouvrir un train de nuit Paris-Nice.

Cette liaison nocturne avec la cité des Anges, en activité depuis la fin du XIXe siècle, avait été arrêtée définitivement par la SNCF en décembre 2017 alors qu'en juillet 2016, le gouvernement de l'époque avait acté la quasi-disparition des trains de nuit, déficitaires et largement subventionnés.

"Nous déciderons au début du printemps si nous y allons, ou pas, avec une perspective de lancement en 2021", affirme dans un entretien au Figaro, Yvan Lefranc-Morin, le directeur général de Flixbus France, fort de son succès dans l'Hexagone sur les cars longue distance.

L'État subventionne les lignes de nuit déficitaires

Ayant révélé en juin 2019 ses intentions en France de venir concurrencer la SNCF, le patron de Flixbus croit à la relance des trains de nuit alors qu'il ne subsiste que deux liaisons régulières sur Paris-Briançon vers les Alpes et Paris-Rodez/Latour-de-Carol, vers le Massif central et les Pyrénées.

Actuellement, l'État subventionne à 50% le fonctionnement des lignes de nuit, à hauteur de 20 millions d'euros et Elisabeth Borne, la ministre des Transports, avait également annoncé en 2018 que l'État allait engager plus de 30 millions d'euros pour la rénovation des wagons de nuit à partir de 2019.

Avant de se lancer dans l'exploitation d'un train de nuit Paris-Nice, la direction de Flixtrain attend des assurances de l'État sur le montant et la pérennité du soutien financier mais aussi de SNCF Réseau, sur la faisabilité technique d'une liaison régulière nocturne sur le réseau français sans pâtir des travaux d'entretien. "Nous n’avons toujours pas de réponses à ces questions", souligne Yvan Lefranc-Morin au Figaro.

Dans un entretien à BFMTV.COM, Yvan Lefranc-Morin précisait aussi qu'il lui restait à trancher la question du matériel roulant spécifique aux trains de nuit. "Faut-il des rames avec couchettes ou avec des sièges inclinables? Notre choix n'est pas arrêté" expliquait-il en juin 2019.

Le secrétaire d’État aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a reconnu fin 2019 l'utilité des trains de nuit, qui représentent "une offre écologique et sociale pour voyager sur de longues distances". Comme le prévoit la Loi d'orientation Mobilités, une étude sur le développement des trains de nuit doit être menée avant le 30 juin 2020. Des résultats qui sont impatiemment attendus.

Frédéric Bergé