BFM Business

Les pharmaciens espèrent être mieux rémunérés

Les pharmaciens percevront 40 euros par an pour le suivi d'un patient souffrant de pathologies chroniques.

Les pharmaciens percevront 40 euros par an pour le suivi d'un patient souffrant de pathologies chroniques. - -

L'Assurance maladie et trois syndicats professionnels entament, ce mardi 19 mars, des négociations portant sur un nouveau mode de rémunération des pharmaciens. Ceux-ci devraient percevoir des honoraires pour leurs conseils.

Les pharmaciens vont bientôt percevoir des honoraires en plus de la vente des médicaments. La réforme de leur mode de rémunération est au cœur des négociations qui se sont ouvertes, ce mardi 19 mars, entre l'assurance maladie et trois syndicats de pharmaciens (FSPF, USPO et UNPF).

La profession doit faire face à une baisse de ses revenus ces dernières années : 80% du chiffre d'affaires d'une officine provient, en effet, des marges obtenues sur la vente de médicaments remboursés par la Sécurité sociale. Or les mesures d'économies successives décidées par le gouvernement, comme l'incitation à la baisse du volume de médicaments prescrits, ou encore la généralisation des génériques, ont conduit à diminuer la rémunération des pharmaciens. Selon le syndicat UNPF, l'une des principales organisations de la profession, la perte s'est élevée à 700 millions d'euros depuis 2011.

Diversifier les sources de revenus

L'objectif est donc d'assurer aux professionnels une autre source de revenus par le biais d'honoraires. Ces revenus serviront à rémunérer des activités d'accompagnement des malades atteints de pathologies chroniques (patients sous anticoagulants dans un premier temps, puis ceux souffrant d'asthme, diabète…). Les pharmaciens recevront donc le patient lors "d'entretiens pharmaceutiques" pour s'assurer qu'il a bien compris les modalités de son traitement et qu'il est adapté.

Un forfait de 40 euros par patient, par officine et par an, intégralement financé par l'Assurance maladie, est prévu à cet effet. Une première convention, valable 5 ans, a été signée en mars 2012 dernier entre syndicat et assurance maladie pour entériner ce point.

Mais le plus délicat reste à déterminer : quel pourcentage va représenter ces prestations ? Les syndicats professionnels souhaitent que les honoraires constituent 25% de leur rémunération d'ici à 2017. Avec une première étape en 2014, avec 12,5%. Tout l'enjeu est de savoir combien l'assurance maladie est prête à mettre et quelle part sera prise en charge par les complémentaires santés ? Vu le déficit de la sécurité sociale, les marges de manœuvres sont faibles.

Coralie Cathelinais