BFM Business

Les ménages moins confiants dans l'avenir selon l'Insee

Cet indicateur confirme le risque de voir la croissance ralentir au premier trimestre 2014.

Cet indicateur confirme le risque de voir la croissance ralentir au premier trimestre 2014. - -

L'indicateur de confiance des ménages, publié ce jeudi 27 février par l'Insee, a reculé d'un point en février par rapport à janvier. Ce qui n'est pas de bon augure pour la croissance française.

La France connaît un mois de février délicat. Lundi dernier, le climat des affaires montrait des perspectives mitigées de la part des chefs d'entreprise des services et de l'industrie, laissant planer le doute quant à la reprise de l'investissement.

Du côté de la consommation, ce n'est pas forcément mieux. Ce jeudi 27 février, l'Insee a publié sa dernière enquête de conjoncture réalisée auprès des ménages. L'indicateur pour le mois de février baisse ainsi de 1 point à 85 points par rapport à janvier. L'opinion des ménages sur leur niveau de vie futur se dégrade, avec une baisse de 5 points.

Pour le deuxième mois consécutif, les Français sont plus inquiets sur l'évolution du chômage, note également l'Insee qui ajoute que le solde correspondant a augmenté de 3 points en février, après déjà une hausse de quatre points le mois précédent.

Alors que le nombre de demandeurs d'emplois inscrits en catégorie A (sans aucune activité) a progressé en janvier de 8.900 personnes selon les chiffres publiés mercredi 26 février par le ministère du Travail.

Stagnation du PIB

L'évolution de ces données est importante : elle constitue un indicateur avancé de la consommation des ménages, qui représentait, en 2012, environ 58% du PIB, selon les données de la Banque mondiale.

Les statistiques de l'Insee ne sont donc en ce sens pas rassurantes et confirment qu'après un assez bon dernier trimestre 2013, l'économie tricolore risque de marquer le pas en 2014. Les économistes de BNP Paribas s'attendent ainsi à ce que le PIB stagne sur les trois premiers mois de l'année après avoir progressé de 0,3% fin 2014.

Julien Marion