BFM Business

Les Français ont été plus nombreux à devoir emprunter pour payer leurs factures

Selon une étude, malgré la reprise, les Français estiment dans leur grande majorité que leur situation financière s'est dégradée dans les six derniers mois essentiellement à cause de l'inflation.

C'est un paradoxe. Alors que la France connaît une reprise forte et que le pouvoir d'achat des consommateurs a progressé (en moyenne), 40% des Français estiment au contraire que leur situation financière s'est sensiblement dégradée depuis six mois, selon les conclusions d'une étude* menée pour Intrum (un acteur du crédit pour entreprise).

Ainsi, 28% des personnes interrogées déclarent avoir dû emprunter pour payer leurs factures au cours des six derniers mois (contre 21% en 2020).

Dans le même temps, 27% des Français reconnaissent avoir manqué le paiement de factures au cours des 12 derniers mois. 49% ont même déclaré que cette situation s'est reproduite à plusieurs reprises sur ces derniers mois contre 40% en Italie et en Allemagne.

Plus d'un Français sur 4 n'a pas pu payer ses factures

20% affirment qu'au cours des 12 derniers mois, ils ont payé des petites entreprises ou commerçants plus tard que prévu.

Du coup, 32% des Français déclarent emprunter des sommes allant de 10 à 25% de leurs revenus mensuels (contre 25% au niveau Européen) pour couvrir leurs dépenses essentielles. Selon l'étude, la France est le deuxième pays à emprunter après le Royaume-Uni et l'Espagne (37% des interrogés).

En cause pour 67% des Français, la flambée de l'inflation alors que 36%, déclarent que cela est lié à la réduction ou arrêts des aides gouvernementales accordées aux entreprises impactées par la pandémie (chômage partiel).

Au final, 28% des Français (contre 23% au niveau Européen) déclarent disposer de moins de 10% de leurs revenus après le paiement des factures.

Rappelons que selon une autre étude du comparateur en ligne lesfurets.com en collaboration avec l’institut CSA Research, les Français déboursent 1059 euros par mois pour ces dépenses contraintes, soit 35% de leurs revenus nets moyens.

Manque de visibilité

L'incertitude sanitaire combinée à la hausse des prix provoquent une certaine inquiétude. 67% se disent préoccupés par l'impact de l'inflation générale et 27% estiment que la crise aura encore un impact négatif pendant plus de deux ans.

Conséquence, 22% des Français déclarent avoir moins de visibilité sur leur situation d'endettement qu'avant la pandémie (35% pour les 18-21 ans).

"Les inégalités provoquées par la crise et l'incertitude qui pèse sur les perspectives économiques à long terme nécessitent plus que jamais un niveau de connaissances adapté et une gestion financière plus éclairée et efficace", commente Jean-Luc Ferraton, Directeur Général France Intrum.

*: Le rapport annuel est basé sur un questionnaire administré simultanément dans 24 pays d'Europe. 24.012 consommateurs dont 1000 Français ont participé à l'édition 2021. L'analyse et le contenu du rapport sont élaborés par Intrum en collaboration avec Longitude, et Dynata a contribué au travail de terrain dans les 24 pays. L'étude a été menée entre le 21 juillet et le 26 août 2021.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business