BFM Business

Les buralistes s'inquiètent d'une nouvelle hausse du tabac

Plus de 51,45 milliards de cigarettes ont été vendues en 2012.

Plus de 51,45 milliards de cigarettes ont été vendues en 2012. - -

Entre l'augmentation du prix de la cigarette et la concurrence de plus en plus forte des "vapoteuses", les buralistes s'inquiètent du recul de leur chiffre d'affaires. Ils le font savoir.

Les fumeurs ne sont pas les seuls à redouter l'augmentation du prix du tabac au 1er janvier, qui pourrait faire passer la barre des 7 euros à de nombreux paquets de cigarettes. Les 27.500 buralistes craignent aussi de voir leurs recettes diminuer.

L'augmentation des prix, qui sera arbitrée par le gouvernement en décembre, doit prendre en compte la hausse de la TVA (de 19,6% à 20%) et la part revenant aux buralistes (de 8,6% à 8,7% brut par paquet). Les professionnels du tabac devraient envoyer avant vendredi 15 novembre leurs propositions de prix pour les cigarettes qui devraient consister en des hausses de 20, 30 voire 40 centimes par paquet.

Or cette nouvelle augmentation, la troisième en 15 mois, ne pourrait qu'aggraver le recul des ventes auquel fait face la profession. Les ventes de cigarettes sont en baisse de plus de 9% depuis le début 2013.

"Une nouvelle hausse des prix, ce serait de la folie", estime le président des buralistes français Pascal Montredon, à l'AFP. Il espère qu’il ne s’agit là que "de rumeurs". "J’espère que le bon sens l’emportera", a-t-il ajouté.

"Les consommateurs fument autant mais ils vont acheter ailleurs", assure-t-il, c'est-à-dire qu'ils vont se procurer leurs cigarettes à l'étranger, via internet ou encore sous le manteau.

Les vapoteuses, un autre manque à gagner

En 2012, plus de 51,45 milliards de cigarettes ont été vendues en France, soit 4,9% de moins par rapport à 2011 pour un chiffre d'affaires de 17,8 milliards d'euros. Plus de 80% du produit du tabac revient à l'Etat (13,9 milliards d'euros en 2012 tous produits du tabac confondus), un peu plus de 8% aux buralistes, et environ 11% aux fabricants de cigarettes.

Ces derniers temps, les buralistes doivent affronter une nouvelle concurrence : celles des cigarettes électroniques, dont ils n'ont pas obtenu le monopole de distribution.

Du coup, le 1,5 million d'adeptes français font le bonheur de petites boutiques qui fleurissent dans les rues et des marchands en ligne. Ces circuits de distribution se partagent un chiffre d'affaires estimé à 100 millions d'euros pour 2013.

C.C.