BFM Business

La cigarette électronique va rester en vente libre

Les boutiques vont pouvoir continuer à distribuer les cigarettes électroniques.

Les boutiques vont pouvoir continuer à distribuer les cigarettes électroniques. - -

Le parlement européen a rejeté, ce 8 octobre, un amendement visant à classer les "vapoteuses" en tant que médicaments. Leur distribution ne sera donc pas réservée aux pharmacies, au grand soulagement des boutiques qui se sont lancées sur ce créneau.

Les magasins spécialisés dans la vente de cigarettes électroniques peuvent être soulagés. Le Parlement européen s'est prononcé contre un amendement qui visait à la classer dans la catégorie des médicaments et donc à réserver sa vente aux seules pharmacies. Or, limiter leurs ventes aux seules officines était le meilleur moyen de stopper net son expansion.

Car qui dit médicament, dit autorisation de mise sur le marché et longue procédure administrative. Trop coûteux pour les PME qui se sont lancées sur le marché.

Environ 7 millions d'usagers en Europe

Mais c'est surtout l'image de la cigarette électronique qui en aurait pris un coup. Elle est utilisée aujourd'hui par plus de 7 millions de fumeurs en Europe, 1,5 million en France.

Si elle séduit, c'est pour son côté tendance, ses nombreux parfums et la facilité avec laquelle on se la procure. On compte environ 500 magasins dédiés en France. C'est la liberté d'achat qui en a fait son succès.

Du coup, pour une fois, les intérêts des vapoteurs et ceux de l'office de lutte contre le tabagisme se rejoignent. La cigarette électronique est en effet une aide pour de nombreux fumeurs à tourner la page. De nombreux spécialistes estiment qu'elle est plus efficace que les patchs.

Hélène Cornet