BFM Business

Les achats de drogue en France ont battu un nouveau record l'année dernière

L'Insee estime que les consommateurs de drogue ont consacré 4,2 milliards d’euros à l’achat de cannabis, cocaïne, héroïne etc... Soit 7% de plus qu'en 2019.

La crise sanitaire a visiblement favorisé la consommation de produits stupéfiants. C'est en tout cas ce que constate l’Insee dans son évaluation annuelle des dépenses des Français, marquée en 2020 par une forte baisse. Selon l'institut national de la statistique, les consommateurs de drogue ont consacré 4,2 milliards d’euros à l’achat de cannabis, cocaïne, héroïne, crack et diverses drogues de synthèse, à l'exception des médicaments dont l'usage est détourné. C’est quasiment 7% de plus qu’en 2019.

Les achats de produits stupéfiants connaissent d'après l'Insee une croissance plus soutenue depuis 2016. Progression du nombre des toxicomanes, augmentation du nombre des usagers occasionnels, offre de plus en plus diversifiée... Les raisons expliquant cette croissance importante sont par nature multiples. Mais le constat est là, entre 2009 (2,08 milliards d'euros) et 2020, les ventes de produits stupéfiants aux consommateurs ont doublé.

Les achats de livres devancés par les produits stupéfiants

Ces données chiffrées doivent être relativisées dans la mesure où elle repose sur une estimation. Mais l'évaluation réalisée par l'Insee, qui repose sur le croisement de données multiples (études auprès des consommateurs potentiels de drogues, de leur pratique, évolution des prix...) donne une idée fiable de la croissance des ventes, si ce n'est de son niveau précis. Niveau qui, sur le papier, aurait par exemple dépassé en 2020, le marché du livre, dont les ventes aux ménages ont atteint 3,75 milliards d'euros l'an passé.

Plus largement, l'Insee estime à 51,5 milliards d'euros les dépenses sur l'année 2020 des Français en produits dont les professionnels de santé soulignent le fort potentiel addictif: boissons alcoolisées, tabac et drogues. A eux seuls, ils concentrent 8% des dépenses des ménages, soit autant que le poste "éclairage et chauffage".

Pierre Kupferman
https://twitter.com/PierreKupferman Pierre Kupferman Rédacteur en chef BFM Éco