BFM Business

L'Oréal va vendre The Body Shop au prix qu'il veut

Le géant des cosmétiques est parvenu à trouver un repreneur pour The Body Shop qui accepte de payer le prix qu'il en demandait, 1 milliard d'euros. L'Oréal fait ainsi une plus-value sur la marque, même si celle-ci a perdu de sa superbe entre-temps.

L'Oréal a annoncé vendredi avoir engagé des négociations exclusives avec le groupe brésilien Natura Cosméticos, qui a fait une "offre irrévocable" de 1 milliard d'euros pour acquérir sa marque britannique The Body Shop, mise en vente depuis février.

Cette valeur d'entreprise correspond à ce que L'Oréal souhaitait obtenir pour The Body Shop. Ces dernières semaines, de nombreux prétendants dans ce dossier avaient été évoqués par les médias, notamment des fonds d'investissement ainsi que plusieurs groupes asiatiques. Natura "est le meilleur propriétaire que l'on pouvait imaginer pour nourrir l'ADN de la marque bâti autour de la naturalité et de l'éthique", a commenté le PDG de L'Oréal, Jean-Paul Agon, dans un communiqué.

Finalisation au second semestre

"Natura et The Body Shop ont toujours parcouru des chemins parallèles, et aujourd'hui leurs chemins se rejoignent", s'est félicité Guilherme Leal, co-président du conseil d'administration de Natura Cosméticos, dans un communiqué séparé. "La complémentarité de nos présences géographiques, l'utilisation durable de la biodiversité dans nos produits, l'éthique dans la gestion, les relations équitables avec les communautés et un degré élevé d'innovation constituent les piliers de la nouvelle aventure qui débute aujourd'hui" a ajouté Guilherme Leal.

Le projet de vente fera l'objet d'une information-consultation du comité central d'entreprise de L'Oréal et sa réalisation est soumise à des autorisations réglementaires, notamment au Brésil et aux États-Unis. Il devrait être finalisé dans le courant du second semestre, selon le communiqué.

L'étoile de The Body Shop a pâli au fil des ans

L'enseigne The Body Shop a été fondée en 1976 par l'entrepreneure britannique Anita Roddick, pionnière des cosmétiques respectueux de l'environnement, non testés sur les animaux et adepte du commerce équitable. L'Oréal avait racheté la marque en 2006 pour environ 940 millions d'euros, quand celle-ci était au sommet de sa gloire.

Mais l'étoile de The Body Shop avait ensuite pâli au fil des ans, ayant perdu son côté précurseur et innovant, malgré des investissements conséquents et une accélération de son développement à l'international. L'an dernier, la marque avait réalisé 921 millions d'euros de ventes, en recul de 4,8% sur un an (+0,6% à périmètre et taux de change constants), et sa rentabilité s'était encore effritée à 3,7%, très loin de la rentabilité à deux chiffres des autres divisions de L'Oréal.

N.G. avec AFP