BFM Business

Georges Plassat, l'homme de poigne de Carrefour, va-t-il rester à sa tête?

Georges Plassat a remplacé Lars Olofsson à la tête de Carrefour.

Georges Plassat a remplacé Lars Olofsson à la tête de Carrefour. - -

Les actionnaires vont décider, ce mardi 15 avril, s'ils repoussent l'âge de départ à la retraite du président directeur général. Georges Plassat, qui dirige Carrefour d'une main de fer depuis près de 2 ans, pourrait rester 5 ans de plus.

Georges Plassat va-t-il pouvoir poursuivre à la tête de Carrefour? Numéro un du groupe de distribution depuis mai 2012, l'homme de 65 ans va savoir, ce mardi 15 avril, si les actionnaires acceptent de repousser la limite d'âge du président directeur général à 70 ans, afin de lui permettre d'être maintenu dans ses fonctions pour 5 ans encore.

Ce devrait être une simple formalité car son bilan est plutôt positif. L'arrivée de Georges Plassat à la tête de Carrefour a mis fin à l'ère traumatisante de Lars Olofsson. Ce dernier a fait passer le chiffre d'affaires de 100 milliards d'euros à 91milliards en deux ans et le résultat d'exploitation s'est effondré de 20%. Cinq avertissements sur résultats seront émis contre cette entreprise.

Et alors que Lars Olofsson avait la réputation de refuser de prendre l'ascenseur avec ses salariés, George Plassat, lui, va au contact et est plutôt connu pour son franc-parler. Il n'hésite pas à débouler dans les hypermarchés. Il se décrit comme "un épicier". Fort en gueule, il ne s'encombre d'étiquettes ou savoir-vivre. Il est là pour redresser la barre. A son arrivée, il s'est engagé à le faire dans les trois ans.

Il préconise un retour aux fondamentaux et se focalise essentiellement sur l'alimentaire et les produits frais. Il ne veut pas que Carrefour soit le moins cher du marché, il veut que les prix soient intéressants toute l'année.

Il remet en question les marques de distributeurs et n'en fait plus une priorité stratégique. En revanche, il met l'accent sur le développement des drives.

Meilleur trimestre depuis deux ans

Mais ses méthodes peuvent déplaire. Ainsi, Georges Plassat s'est mis à la chasse aux coûts dans son groupe. Réduction des frais généraux, plan de départs volontaires, … Le PDG y va avec une main de fer.

Néanmoins, les résultats sont là. Début avril, le groupe a annoncé des ventes en recul de 5,2% à 19,7 milliards d'euros pour le premier trimestre. Il a été pénalisé par des effets de changes. Mais à périmètres constants, le chiffre d'affaires évolue de manière positive, ressortant en progression de 3,7%.

"Il s'agit de notre meilleur trimestre de croissance organique depuis plus de deux ans", avait commenté le directeur financier de Carrefour, Pierre-Jean Sivignon.

Diane Lacaze