BFM Business

Forte baisse attendue des tarifs réglementés du gaz au 1er juillet

Au total, depuis décembre 2018, les tarifs réglementés du gaz auront baissé au 30 juin 2019 de 5,3 %, avant la nouvelle baisse attendue au 1er juillet 2019.

Au total, depuis décembre 2018, les tarifs réglementés du gaz auront baissé au 30 juin 2019 de 5,3 %, avant la nouvelle baisse attendue au 1er juillet 2019. - Johanna Leguerre-AFP

Alors que le prix de l'électricité a augmenté de 5,9% au 1er juin, les tarifs réglementés du gaz devraient baisser de 6,7% au 1er juillet, selon Les Echos. Un recul dû à la baisse des cours du gaz naturel depuis plusieurs mois.

Si les tarifs réglementés de l'électricité coûtent beaucoup plus cher depuis le 1er juin, ceux du gaz naturel doivent suivre le chemin inverse au 1er juillet. Les tarifs réglementés propres à Engie, qui concernaient 4,3 millions de foyers abonnés au gaz fin décembre 2018, devraient reculer de 6,7 % le 1er juillet prochain, selon le projet d'arrêté gouvernemental que Les Echos ont pu consulter. 

Les tarifs réglementés d'Engie évoluent d'un mois sur l'autre, en fonction d'une formule basée sur les prix du gaz sur les marchés internationaux, les coûts des infrastructures et de la commercialisation ainsi que diverses taxes.

Les cours du gaz naturel sont à la baisse

À la demande du gouvernement, à la suite de la crise des gilets jaunes, Engie avait mis en place en début d'année un système exceptionnel pour garantir un tarif réglementé de gaz naturel sans augmentation jusqu’à fin juin 2019. Grâce au recul des cours du prix du gaz naturel depuis décembre 2018 sur les marchés de gros, au total, depuis décembre 2018, les tarifs réglementés auront baissé au 30 juin 2019 de 5,3 %.

La bonne nouvelle pour le consommateur est que ces baisses sur six mois ont été, en cumulé, inférieures aux baisses des prix sur les marchés internationaux du gaz naturel sur la même période. Avec la fin du dispositif mis en place par Engie sur le premier semestre, c'est donc un rattrapage à la baisse qui devrait avoir lieu au 1er juillet.

Frédéric Bergé