BFM Business

Des lance-flammes pour financer l'hyperloop? Elon Musk n'a peur de rien

En quelques heures, Elon Musk a vendu une série limitée de 20.000 lance-flammes à 500 dollars la pièce.

En quelques heures, Elon Musk a vendu une série limitée de 20.000 lance-flammes à 500 dollars la pièce. - Boring Company

Le milliardaire fondateur de Tesla et de Space X, cherchait des fonds pour financer The Boring Company, sa nouvelle entreprise qui creusera des tunnels pour l'hyperloop. Il a récupéré 10 millions de dollars en vendant des lance-flammes.

Qui ose gagne! Elon Musk pourrait faire sienne cette devise des commandos, et pour cause. Il vient de lever 10 millions de dollars avec les précommandes en lignes de lance-flammes. En seulement en quelques jours, il en a vendu 20.000 à 500 dollars pièce qu’il livrera au printemps aux clients. Et pour fêter ce succès, il a annoncé lui-même sur Twitter que les ventes étaient closes.

Le patron de Tesla et de SpaceX ne s’improvise pas vendeur d’armes pour le plaisir. Cette idée lui est venue pour financer The Boring Company, la société de perçage des tunnels de l'Hyperloop. D’ailleurs, ses lance-flammes sont ornés du logo de l’entreprise. Tout comme les 50.000 casquettes et les extincteurs qu’il a déjà vendus. Sa manière de montrer au monde que les gros projets peuvent se financer simplement.

Cette démonstration vaut pour les États-Unis, mais pas pour la France. Si les lance-flammes, qui sont considérés comme des armes de guerre (catégorie des armes chimiques et incendiaires), sont en vente libre aux États-Unis, en France, ils sont interdits à la vente. Y compris ceux qui portent le logo Boring Company, pourtant uniquement capable de "faire griller des noisettes", comme le précise Elon Musk. "Je serais plus effrayé par un couteau à viande”, assure le dirigeant.

Ce gadget a pourtant séduit 20.000 personnes et, dans le même temps, fâché les autorités californiennes. En réaction, un élu de l'état veut proposer une loi pour interdire le port du lance-flamme sur la voie publique.

Pascal Samama