BFM Business

Champagne et Bourgogne produiront beaucoup moins de vin cette année

Frappé par le gel, le vignoble de Champagne est en retard d'une semaine par rapport à la moyenne sur dix ans.

Frappé par le gel, le vignoble de Champagne est en retard d'une semaine par rapport à la moyenne sur dix ans. - AFP - Patrick Hertzog

La production de champagne est attendue en baisse d'un tiers du fait des mauvaises conditions climatiques. Tous vignobles confondus, le ministère de l'Agriculture estime la baisse de la production nationale à 10%.

Les vendanges n'ont même pas encore commencé que les rendements s'annoncent particulièrement mauvais cette année. La faute à une météo peu favorable à la production de vin. Le ministère de l'Agriculture annonce ce jeudi qu'il s'attend à une production de vin en baisse d'environ 10% en 2016 par rapport à l'an dernier.

La production de vin, affectée par divers épisodes de gel et de grêle, atteindrait 42,9 millions d'hectolitres contre 47,8 millions en 2015, et serait inférieure de 7% à la moyenne quinquennale, selon Agreste, le service statistique du ministère.

Un tiers de champagne en moins

"Le gel de printemps qui a touché certains bassins viticoles (Champagne, Bourgogne et Val de Loire), les épisodes récurrents de vent, conjugués à l'aggravation de la sécheresse sur le pourtour méditerranéen et les dégâts liés à la grêle dans certains bassins (Charente, Bourgogne-Beaujolais, Languedoc-Roussillon) pèsent sur le potentiel de production, dont le niveau est révisé à la baisse par rapport à l'estimation de juillet", indique l'Agreste.

Cette estimation reste provisoire et susceptible d'être révisée en fonction des incidents climatiques et problèmes sanitaires qui pourraient survenir pendant les vendanges.

En Champagne, frappée par plusieurs jours de gel au printemps, la baisse de production tournerait autour d'un tiers. Le vignoble y est en retard d'une semaine par rapport à la moyenne sur dix ans. En Bourgogne et Beaujolais, le recul atteindrait 21%, avec une dizaine de jours de retard pour la vendange.

De la grêle dans l'Hérault

Dans les Charentes, où 3.600 hectares de vignes ont été détruits par la grêle et le gel, la production baisserait de 16%. En Languedoc-Roussillon, le recul prévu est de 9%.

Mais la baisse de production pourrait être encore plus importante, en raison des derniers épisodes de grêle et de sécheresse, a d'ailleurs estimé Jérôme Despey, président du conseil spécialisé vin de l'établissement public FranceAgriMer lors d'une conférence de presse. Un épisode de grêle a touché 2.000 hectares dans l'Hérault le 17 août.