BFM Business

Ces sneakers sont fabriquées avec du chewing-gum recyclé

VIDÉO - Gumshoe est une paire de sneakers dont la semelle est fabriquée à partir de chewing-gum recyclé. Elles seront mises en vente en juin 2018. L'initiative en revient à la ville d'Amsterdam qui alerte sur le problème environnemental posé par ces déchets dont 1500 tonnes sont ramassées par an, rien qu'aux Pays-Bas.

Après les baskets Adidas en déchets de plastique recyclé, voici les sneakers fabriquées à partir de chewing-gum récupérés sur les trottoirs. L'idée en est venue aux édiles d'Amsterdam. Cette ville est confrontée au problème de ces déchets collants qui polluent la voirie longtemps, en raison de leur lente biodégradabilité, qui peut s'étaler sur 20 ans.

"Amsterdam a un gros problème avec les chewing-gum qui sont le deuxième déchet le plus répandu après les mégots de cigarette" explique Marijn Bosman, élue chargée du développement durable à la mairie, sur une vidéo de présentation. Sur l'ensemble des Pays-bas, quelque 1500 tonnes de chewing-gum collés sur les trottoirs sont ramassées chaque année par les services municipaux de nettoyage.

Pour sensibiliser les citoyens au problème environnemental posé par ces déchets, dont le ramassage coûte cher aux villes, l'agence de marketing et de promotion d'Amsterdam a décidé de développer une paire de sneakers à base de chewing-gum recyclé.

-
- © Les semelles sont fabriquées en Gum-Tech, matériau à base de chewing-gum recyclé.

Elle s'est associée au cabinet de design Explicit Wear et à Gumdrop, une société anglaise spécialisée dans le recyclage des gommes à mâcher. Ces dernières reposent sur des gommes de synthèse, un polymère dérivé du pétrole, que Gumdrop sait transformer en un nouveau matériau qu'elle a baptisé Gum-Tec, destiné à l'industrie du plastique et du caoutchouc. Il sert à fabriquer d'autres produits, notamment des corbeilles (pour recueillir les chewing-gum) qu'elle destine aux municipalités.

Dans le cas de la fabrication des Gumshoe, il lui faut environ un kilogramme de chewing-gum, récupéré sur les trottoirs, pour fabriquer les semelles de quatre paires de ces sneakers. En dehors de la semelle, à base de Gum-Tec, le reste de la chaussure est en cuir. Côté coloris, le consommateur aura le choix entre un rose un peu voyant, couleur bubblegum ou bien une paire rouge et noire. Ces baskets de ville seront mises en vente à partir de juin pour 199 euros, le prix à payer pour se chausser "écolo".

Frédéric Bergé