BFM Eco

Auchan va vendre 21 de ses magasins et entrepôts en France

-

- - -

Après Casino et Carrefour, c'est au tour d'Auchan, d'engager un plan de restructuration de ses activités de distribution en France, visant à réduire ses pertes financières. Le groupe nordiste veut mettre en vente 21 sites "sans perspective réaliste de retour à la rentabilité", dont un hyper, 12 supermarchés et 4 Chronodrive.

Auchan France, engagé dans un vaste plan de réformes destiné à réduire ses pertes financières en 2018, a annoncé mardi à ses partenaires sociaux réunis au siège nordiste de l'enseigne, la prochaine mise en vente de 21 sites dans l'Hexagone, "sans perspective réaliste de retour à la rentabilité".

Le groupe nordiste de distribution précise que si ces sites (supermarché, hypermarché, entrepôt et drive) ne trouvaient pas preneur, "un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) sera donc ouvert".

"Ce PSE intervient après des années d'errances stratégiques et alors qu'Auchan et le groupe Mulliez ont perçu au titre du CICE (crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi, ndlr) 500 millions d'euros sur les six dernières années, ce qui est d'autant plus inacceptable", a critiqué le syndicat CFDT.

723 salariés d'Auchan concernés par les cessions à venir

Selon les syndicats, 723 salariés sont concernés par la cession de ces sites qui comptent un hypermarché (à Villetaneuse en Saint-Seine-Denis), une douzaine de supermarchés répartis dans l'Hexagone (dont trois dans les Hauts-de-France, un à Rouen, Perpignan et Mulhouse) et quatre Chronodrive (dont ceux d'Agen, Bayonne et Vannes). S'ajoutent deux Halles d'Auchan et le centre Auchan Direct à Marseille.

Cette annonce intervient alors que le groupe Auchan en France a perdu près d'un milliard d'euros en 2018. Si, officiellement, le distributeur n'évoque pas pas encore de fermeture d'hypermarchés ou de supermarchés, cette restructuration n'a pas de précédent dans un groupe qui n'avait jamais pratiqué de coupes claires dans les effectifs de ses magasins.

Auchan Retail France compte 637 magasins sous enseigne et 73.800 collaborateurs en France, selon les chiffres de la direction.

Les précédentes restructurations de Carrefour et Casino

Le secteur de la grande distribution souffre notamment de l'essoufflement de son modèle économique d'hypermarchés généralistes, face au rouleau compresseur de l'e-commerce.

Carrefour a présenté dès le début 2018 un plan "de transformation" visant à mettre en oeuvre un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) pour les 2100 salariés des 273 ex-magasins Dia dont le groupe avait prévu de se séparer. Début 2019, Carrefour envisageait par ailleurs de passer plus d’une vingtaine de magasins en location gérance ou en franchise rapidement, dont cinq de ses hypermarchés.

De son côté, le groupe Casino, qui a grand besoin d'argent frais, a conclu en février 2019 la cession des 34 magasins déficitaires à deux de ses grands rivaux, Leclerc et Lidl. Un premier lot de 18 magasins gérés en direct par le groupe de distribution a été vendu. Ce sont 17 magasins (8 Leader Price, 8 Casino Supermarchés et 1 Hyper Casino) qui sont rachetés par Lidl. L'hypermarché Géant de Roubaix va être acquis par un adhérent Leclerc et ses murs iront au propriétaire de la galerie marchande.

Frédéric Bergé avec AFP