BFM Business

AstraZeneca rejette la quatrième offre de Pfizer

Si l'offre de Pfizer sur AstraZeneca aboutit, jamais une aussi grosse transaction n'aura été réalisée dans le secteur de la pharmacie.

Si l'offre de Pfizer sur AstraZeneca aboutit, jamais une aussi grosse transaction n'aura été réalisée dans le secteur de la pharmacie. - -

Le groupe pharmaceutique américain avait renouvelé à 117 milliards de dollars, dimanche 18 mai, son offre de rachat sur AstraZeneca. Ce dernier vient de la rejeter ce lundi 19 mai.

Serait-ce la fin du feuilleton? AstraZeneca vient de rejeter, ce lundi 19 mai, l'offre de Pfizer. Le conseil d'administration n'aurait été prêt à recommander une offre que si celle-ci avait été plus de 10% supérieure au montant de l'avant-dernière proposition formulée par Pfizer, qui était à 53,50 pence par action, indique AstraZeneca dans un communiqué.

Le groupe pharmaceutique américain avait fait une nouvelle fois des avances à son rival britannique. Il avait relevé, dimanche 18 mai, son offre d'achat à un montant record de 117 milliards de dollars (85 milliards d'euros) et 55 pense par action. Jamais une transaction aussi élévée n'a été réalisée dans le secteur à l'échelle mondiale.

Mais Pfizer avait affirmé que sa nouvelle proposition, libellée en numéraire et en actions, est "finale": il "ne fera pas d'offre hostile" et ne mettra son projet en oeuvre "qu'avec la recommandation du conseil d'administration d'AstraZeneca", selon son communiqué.

En Bourse,le titre AstraZeneca chute de plus de 13% à l'ouverture.

Expiration des brevets

Le PDG du groupe américain, Ian Read, semblait déjà savoir qu'AstraZeneca dirait non. "Nous avons essayé de manière répétée de nous engager dans une procédure constructive avec AstraZeneca pour explorer un rapprochement de nos deux entreprises", indiquait-il dimanche dans le communiqué. "Après une conversation avec AstraZeneca, nous ne croyons pas que le conseil d'administration d'AstraZeneca est prêt actuellement à recommander une transaction à un prix raisonnable."

En laissant ainsi entendre qu'il est prêt à retirer son offre, Pfizer avait tenté le tout pour le tout.

Pfizer, confronté à l'expiration de son exclusivité sur une série de médicaments vedettes, est un peu au pied du mur.

AstraZeneca, qui a une série de molécules en développement notamment en oncologie, estime depuis le départ que les offres de Pfizer le sous-estiment et dénonce une démarche "opportuniste" du groupe américain, qui compte profiter de l'opération pour déménager son domicile fiscal au Royaume-Uni où l'impôt sur les sociétés est moins élevé qu'aux Etats-Unis.

D. L. avec Reuters