BFM Business

Après les moulins, les Peugeot se remettent à fabriquer des perceuses

La famille Peugeot a déjà racheté les moulins à poivre et sel à son nom.

La famille Peugeot a déjà racheté les moulins à poivre et sel à son nom. - Sebastien Bozon - AFP

La holding de la famille est entrée au capital du fabricant des perceuses Peugeot. Les héritiers, qui partagent par ailleurs le contrôle de PSA avec l'État et Dongfeng, multiplient les initiatives pour reprendre le contrôle des objets à leur nom.

La famille Peugeot, fondatrice de PSA, vient d'investir dans la société d'outils Sigma. Cette dernière détenait le droit d'apposer le logo au lion sur ses perceuses depuis 2010. Après avoir participé à son augmentation de capital de 750.000 euros, les Peugeot détiennent 13,5% du capital.

Les fonds investis seront dédiés à "étoffer leur gamme et investir dans le marketing", détaille Jean-Philippe Peugeot, le président de la holding financière de la famille: Établissement Peugeot Frères.

La famille veut récupérer son nom

Au-delà du montant investi, somme toute anecdotique, l'opération laisse présager une reprise de pouvoir des Peugeot sur leur nom.

La famille en a cédé l'usage il y a longtemps au constructeur automobile PSA, aujourd'hui détenu à parts égales par les Peugeot, l'État et le chinois Dongfeng. Elle touche en contrepartie des royalties. Un contrat par ailleurs en cours de renégociation: l'année dernière, la holding de la famille a réclamé un arbitrage judiciaire sur la propriété et l’usage de la marque "Peugeot" sur les objets hors véhicules.

Les Peugeot, dont les aïeux ont lancé la dynastie en fabriquant des moulins à café en 1840, ont par ailleurs octroyé des licences pour toutes sortes de produits, des salières-poivrières aux peluches en passant par les deux-roues, motorisés ou non. Toute une histoire industrielle associée au nom Peugeot, et racontée dans le musée du même nom installé à Sochaux, berceau du constructeur.

Retour sur la fabrication d'objets hors voitures

Revirement il y a trois ans: le clan a récupéré la société PSP, qui fabriquait les moulins à poivre et à sel. L'entreprise, renommée Peugeot Saveurs génère aujourd'hui 30 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Les Peugeot semblent donc organiser leur retour sur un vaste éventail d'activités gérées par eux-mêmes. Réminiscence d'une époque où la famille manufacturait des pelles, des baleines de soutien-gorge, des machines à laver, etc.

Faut-il s'attendre à les voir remettre la main sur les vélos Peugeot (propriété de Cycleurope) et les scooters Peugeot (détenus par l'indien Mahindra)? "Rien n'est encore décidé, il faut trouver les bons projets et les bons sujets", répond Jean-Philippe Peugeot dans Les Échos. "L'objectif est de laisser quelque chose de plus à la neuvième génération de Peugeot, qui arrive".

N.G.