BFM Business

La famille Peugeot ouvre la porte à une remontée au capital de PSA

La famille Peugeot est toujours attirée par PSA.

La famille Peugeot est toujours attirée par PSA. - Sébastien Bozon - AFP

"Plusieurs membres de la famille voudraient investir dans le groupe, en remontant significativement au capital."

Plusieurs membres de la famille Peugeot se disent prêts à investir dans le groupe PSA. "On peut fournir l'effort, il faut y aller franchement", a affirmé aux Échos Thierry Peugeot, président du conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën (devenu Groupe PSA) de 2002 à 2014. "On est très nombreux à être sur la même longueur d'onde", déclare celui qui a été débarqué il y a deux ans du conseil de surveillance du constructeur automobile français pour s'être opposé à la stratégie conduisant à l'entrée de l'État français et du chinois Dongfeng au capital.

"La famille reste ouverte" à un tel scénario, souligne Robert Peugeot, président de FFP, l'une des deux holdings familiales, qui dispose d'actifs supérieurs à trois milliards d'euros répartis notamment chez Seb, Ipsos et Orpea. "Nous n'avons pas des moyens illimités", prévient-il toutefois au sujet d'une famille qui compte une centaine de membres et n'a pas toujours été unie sur la marche à suivre concernant PSA ces dernières années.

Maintenir l'équilibre entre les actionnaires

"S'il y a une opportunité, il faudra l'étudier de très près", ajoute Charles Peugeot, le fils de Robert et membre du conseil d'administration d'EPF, l'autre holding familiale. "Nous n'avons pas vocation à rester indéfiniment au capital mais nous avons le souci de maintenir l'équilibre entre les actionnaires" de l'entreprise automobile, avait indiqué mi-mai dans Les Échos le ministre de l'Économie Emmanuel Macron. Le groupe PSA avait frôlé la faillite en 2013 et n'avait dû son salut qu'à l'entrée au capital de l'État français via l'APE et de l'entreprise chinoise Dongfeng Motor.

Ces deux acteurs étaient devenus actionnaires de référence, à hauteur de quelque 14%, au même niveau que la famille Peugeot, l'opération entérinant une perte d'influence de celle-ci. Depuis, PSA, sous la conduite de Carlos Tavares, s'est redressé et a bouclé en 2015 son premier exercice bénéficiaire depuis 2010, avec un résultat net de 1,2 milliard d'euros. Le cours de l'action Peugeot a doublé depuis que l'État y a investi quelque 800 millions d'euros, et il empocherait donc une importante plus-value s'il se désengageait totalement du constructeur, ce qui pourrait lui servir à recapitaliser EDF et Areva. Aux termes de l'accord scellé entre l'État, Dongfeng et les Peugeot, aucun des actionnaires n'a le droit de monter au-delà de 14,1% du capital sans l'autorisation des deux autres.

D. L. avec AFP