BFM Business

Après le "Black Friday", les soldes se poursuivent avec le "Cyber Monday"

Ceux qui ont raté les soldes du Black Friday trouveront peut-être le produit high-tech de leurs rêves lors du Cyber Monday.

Ceux qui ont raté les soldes du Black Friday trouveront peut-être le produit high-tech de leurs rêves lors du Cyber Monday. - YouTube

Quelques jours après le Black Friday, les promotions se poursuivent avec le Cyber Monday, mais uniquement sur Internet. En France, les e-commerçants se frottent déjà les mains.

Et c’est reparti pour un tour. Après le succès des soldes du Black Friday, les consommateurs qui ont raté les promos peuvent se reporter sur le Cyber Monday. Durant une journée, les sites de e-commerce, et seulement eux, vont à nouveau proposer des remises sur les produits vendus sur Internet. 

Lors de son lancement aux États-Unis en 2005, cette opération concernait principalement les geeks, mais désormais, avec l’explosion des appareils mobiles, elle vise l’ensemble des consommateurs et les vendeurs européens ne veulent pas laisser passer ce levier commercial qui intervient avant les soldes d’hiver qui démarreront le 11 janvier 2017.

Un téléviseur à 80.000 euros vendu 20.000!

Depuis ce lundi matin, la FNAC, CDiscount, Darty, Boulanger, Rue du Commerce ou Price Minister rejoignent les grandes enseignes américaines -Amazon en tête- en proposant des remises qui atteignent chez certains 75%. Sur le site de la FNAC, un téléviseur dernier cri de 265 cm (4K, 3D et écran incurvé) passe de 80.000 euros à 20.000 euros. Son concurrent Darty n’est pas en reste en proposant des remises aussi importantes sur les prix sur les produits high-tech les plus convoités, comme ceux d’Apple, de Samsung, de Sony ou de Parrot, mais aussi sur l’électroménager. 

Aux États-Unis, cette journée est devenue l’une des plus fructueuses pour les vendeurs en ligne. Selon la NRF (National Retail Federation), elle devrait séduire 122 millions d’Américains contre 121 millions en 2015, quand le Black Friday en a attiré 154 millions en 2016 contre 151 millions l’an dernier.

Pascal Samama