BFM Business

Comment pourraient se dérouler les vaccinations contre le Covid en entreprise?

Vaccination contre le Covid d'une personne âgée le 4 janvier 2020 dans un Ehpad à Montpellier

Vaccination contre le Covid d'une personne âgée le 4 janvier 2020 dans un Ehpad à Montpellier - Pascal GUYOT © 2019 AFP

Le ministère du Travail a confirmé que cette possibilité d'associer les entreprises à la campagne de vaccination était à l'étude.

Depuis plusieurs mois, les entrepries peuvent mener sur site des campagnes de dépistage du covid pour les salariés volontaires. Elles pourraient prochainement participer également à la campagne de vaccination.

Intérrogée ce mardi par France Télévision, Elisabeth Borne, la ministre du Travail a confirmé cette possibilité: "les entreprises sont partie intégrante de la stratégie nationale de lutte contre l’épidémie" et a assuré que "la Haute Autorité de Santé a accueilli l’idée avec bienveillance".

Il faut dire que les entreprises sont déjà rodées avec les vaccinations anti-grippales qui sont organisées dans leurs murs depuis plus de 20 ans. L'objectif est simple: réduire le nombre d'arrêts de travail dus à la maladie: 4,8 jours en moyenne en cas de grippe.

On comprend alors mieux pourquoi le Medef, l'organisation patronale, est très favorable à l'idée de mener des vaccinations covid en entreprise notamment pour sécuriser la reprise d'activité.

"C'est d'abord l'intérêt des salariés, puis le nôtre après. Parce que moins on a d'arrêts maladie, mieux on se porte", explique Franck Allard, un des responsables du Medef. Quelques grandes entreprises (EDF, Renault) ont déjà mis, ou s'apprêtent à mettre en place, des groupes de travail sur le sujet.

Comment cette campagne pourrait-elle se dérouler? Une partie du protocole pourrait être inspiré de ce qui est fait avec la grippe.

>Obligation de moyens

L'employeur peut proposer une telle campagne que s’il dispose du temps et des moyens nécessaires pour la mener à bien (lettre circulaire du 26 avril 1998 relative à la pratique des vaccinations en milieu du travail par les médecins du travail).

>Qui est concerné?

A priori, tous les salariés peuvent être vaccinés. Pour la grippe, l’arrêté du 14 novembre 2017, modifié en 2018 précise que sont concernées des personnes majeures pour lesquelles la vaccination antigrippale est recommandée dans le calendrier des vaccinations en vigueur, à l'exception des personnes présentant des antécédents de réaction allergique sévère à l'ovalbumine ou à une vaccination antérieure.

>Volontariat

La vaccination antigrippale n’est pas obligatoire pour le salarié, il peut donc refuser de s’y soumettre, comme les tests anti-covid d'ailleurs. Un employeur ne pourra donc pas conditionner le retour au bureau d’un salarié en télétravail à la présentation d’un certificat de vaccination. Pour le Covid, l'employeur s'il propose la vaccination, ne pourra pas la rendre obligatoire.

>Gratuité

Pour la grippe, l'entreprise doit prendre en charge intégralement le coût du vaccin (10 euros pour la grippe) et de la procédure. Pour le Covid, le vaccin est remboursé par la sécurité sociale pour tous.

>Qui vaccine?

Dans le cadre de la grippe, le médecin du travail peut réaliser les injections mais la plupart du temps, ce sont les infirmiers du travail qui en sont chargés en s'appuyant sur un protocole ou prescription écrits, datés, signés, qualitatifs et quantitatifs. Un service tiers qui passe alors un contrat avec l'entreprise peut également s'en occuper.

>Qui est responsable?

Etant donné son caractère non obligatoire, la responsabilité de l’Etat ne pourra être recherchée. Si un dommage est dû à l'injection, c'est le médecin du travail ou l'infirmier du travail qui sont responsables. Mais étant eux-mêmes salariés de l'entrereprise, in fine, c'est cette dernière qui devra répondre financièrement des fautes commises.

Si la vaccination est réalisée par un service tiers et indépendant de l'entreprise, le principe d'accident du travail peut être retenu en cas de dommage sur le salarié. Les préjudices du salarié victime seront alors pris en charge par le système de sécurité sociale dont il relève.

>Les contraintes propres au vaccin covid

Pour autant, ce qui est fait pour la grippe ne pourra pas être complètement calqué pour le covid. Il y a d'abord la question du maintien à très basse température de certains des vaccins contre le covid. La campagne pourrait néamoins reposer sur des vaccins moins compliqués à gérer d’un point de vue logistique que ceux actuellement utilisés pour les populations prioritaires.

Cette complexité logistique pourrait élargir encore le fossé entre les grandes entreprises et les PME/TPE qui n'auront pas les moyens ou le temps nécessaire pour organiser ces opérations. Or l'offre de soin doit être la même quel que soit le type d'entreprise, assure le gouvernement.

Les entreprises auront-elles accès au fichier des salariés vaccinés? Ce n'est pas le cas actuellement avec les campagnes antigrippales. Les entreprises devront néanmoins pouvoir justifier une parfaite traçabilité pour savoir, en toute transparence, comment chaque vaccin a circulé et comment il a été administré. 

>Un frein majeur: la méfiance

Pour autant, qu'il s'agisse de la grippe ou du covid, les entreprises risquent de se heurter à une méfiance de plus en plus forte des salariés concernant les vaccins. Le Medef souligne ainsi qu'il y a vingt ans, 20 à 25% des salariés se faisait vacciner contre la grippe en entreprise. Aujourd'hui, ce taux serait tombé à 10%. Les entreprises devront donc faire preuve de pédagogie et de persuasion afin que ces campagnes soient réellement efficaces.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business