BFM Business

Carlos Ghosn pense-t-il avoir été "lâché" par la France?

Carlos Ghosn estime-t-il avoir été lâché par la France?

Carlos Ghosn estime-t-il avoir été lâché par la France? - Capture BFMTV

Carlos Ghosn a-t-il été "lâché par les autorités françaises"? Sur ce point sensible, l'ex-patron de l'Alliance répond par un laconique "j'espère...".

"Pensez-vous avoir été lâché par les autorités françaises?" La question posée par une journaliste de RT France lors de la conférence de presse de Beyrouth semble avoir quelque peu déstabilisée Carlos Ghosn. Avant de répondre, il retourne la question: "A ma place, vous vous seriez sentie comment?... soutenue, défendue, lâchée?".

La réponse qu'il fourni semble plombée par l'amertume: "Je ne sais pas, je ne me prononce pas pour l'instant, j'espère. J'espère que ce n'est pas la cas, voilà ce que j'espère. Quand même, je suis un citoyen français comme les autres, mais pas au dessus des autres. Je ne demande pas à être au dessus de qui que ce soit, mais pas en dessous de qui que ce soit".

Cette réplique est-elle une réponse à Bruno Le Maire. En novembre dernier, sur BFMTV, le ministre de l'Economie réagissait à une tribune publiée dans le JDD par une trentaine d'élus de la droite et du centre réclamant à l’État le rapatriement en France de Carlos Ghosn afin qu’il y soit "jugé de manière équitable". Il disait ne pas vouloir faire de l'ingérence".

Une réponse de Bruno Le Maire

Également critiqué par Nicolas Sarkozy qui lui reprochait de ne pas avoir suffisamment soutenu l'ancien PDG de Renault-Nissan, le ministre de l’Économie s’est défendu: "Ce n’était pas mon rôle. Qu’est-ce-qu’on dirait du ministre de l’Économie s’il prenait la défense d’un justiciable?", avait répondu Bruno Le Maire.

Le ministre notait avoir fait "tout ce qui était nécessaire pour que Carlos Ghosn ait la protection consulaire" et "pour que sa présomption d’innocence soit défendue". Mais selon lui, le rapatriement de l’ancien PDG réclamé par des parlementaires était de l’ingérence "dans une affaire de justice qui relève d’un État souverain et ami".

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco