BFM Eco

Carlos Ghosn aurait quitté seul son appartement de Tokyo

Image d'illustration. Une photo de Carlos Ghosn, prise début avril 2019 au Japon.

Image d'illustration. Une photo de Carlos Ghosn, prise début avril 2019 au Japon. - KAZUHIRO NOGI / AFP

Contrairement aux différents scénarios évoqués depuis le début de la semaine, Carlos Ghosn aurait quitté seul son domicile de Tokyo au Japon, selon la chaîne publique japonaise NHK.

Carlos Ghosn aurait quitté seul son appartement de Tokyo (Japon) dimanche. C’est ce que croit savoir la chaîne de télévision publique NHK, citant plusieurs sources proches de l’enquête.

Ces sources se basent sur des images de videosurveillance de l’immeuble où résidait Carlos Ghosn. Elles ont été captées dimanche vers midi, et ne révèlent aucune présence suspecte à ses côtés à ce moment-là. La police japonaise soupçonne qu'il aurait alors rejoint quelqu'un d'autre pour prendre l'avion, toujours selon la télévision nippone.

Malgré des perquisitions dans son appartement japonais, une enquête ouverte en Turquie et l’arrestation ce jeudi de sept personnes, les circonstances du voyage de l’ancien patron de Renault-Nissan entre sa résidence surveillée de Tokyo et son arrivée à Beyrouth, au Liban, restent toujours très mystérieuses à ce stade.

Un voyage encore mystérieux

Carlos Ghosn est soupçonné d'avoir embarqué dimanche soir dans un jet privé à l'aéroport international du Kansai, dans l'ouest du Japon, selon les médias japonais. Puis, à Istanbul, il serait monté à bord d'un autre appareil à destination de Beyrouth.

Jeudi, face aux multiples rumeurs entourant son voyage, Carlos Ghosn est sorti de son silence, pour défendre ses proches et sa femme Carole. "Les allégations dans les médias selon lesquelles mon épouse Carole et d'autres membres de ma famille auraient joué un rôle dans mon départ du Japon sont fausses et mensongères. C’est moi seul qui ai organisé mon départ. Ma famille n'a joué aucun rôle", écrit Carlos Ghosn.

Jeudi toujours, une demande d’arrestation concernant Carlos Ghosn a été adressée au Liban par Interpol.

Pauline Ducamp avec AFP