BFM Business

Batteries électriques: la France forte sur les brevets faible sur la production

La co-entreprise de PSA et Total dans les batteries démarre un site pilote à Nersac en Charente.

La co-entreprise de PSA et Total dans les batteries démarre un site pilote à Nersac en Charente. - PSA

Le pays est le deuxième pays d'Europe sur les dépôts de brevets pour les batteries électriques mais le continent est un nain de la production qui ne pèse que 1% du marché mondial.

Les dépôts de brevets dans le domaine des batteries et autres moyens de stockage d'électricité ont augmenté de 14% par an dans la période 2005-2018, quatre fois plus vite que pour les autres technologies, indique un rapport de l'Office européen des brevets et de l'Agence internationale de l'énergie.

Le document, publié mardi, fait ressortir que les batteries représentent près de 90% des brevets dans le domaine du stockage de l'électricité.

Et bonne nouvelle, la France est un des pays les plus innovants en la matière. Si l’Europe tire son épingle du jeu avec six entreprises dans le top 25 mondial des dépôts de brevet (devant les Etats-Unis qui n'en comptent que deux), elle le doit en partie à la France qui se hisse à la 2e place des pays européens les plus innovants en termes de technologies de batteries (1354 brevets déposés entre 2000 et 2018) derrière l’Allemagne (avec 5080).

Plus de 7000 familles de brevets liés au stockage de l'électricité ont été publiées en 2018, contre 1029 en 2000. L'accélération importante des brevets depuis 2005 est largement due à l'utilisation de batteries dans un nombre toujours plus grand d'appareils et d'outils personnels, explique le rapport.

L'"Airbus des batteries" pour relancer l'Europe

Mais si les Européens font de la résistance dans l'innovation, la production reste aujourd'hui essentiellement asiatique. "Aujourd'hui les grands fabricants mondiaux de batteries sont chinois, coréens et japonais", précise Xavier Mosquet, directeur associé senior au sein du cabinet BCG, tandis que l'Europe représente seulement 1% de la production mondiale.

La Chine, qui totalise la moitié des ventes mondiales de voitures électriques, mène la danse: le pays abrite les deux tiers des capacités mondiales de production de cellules. Parmi les principaux fabricants mondiaux, le chinois Contemporary Amperex Technology (CATL), le japonais Panasonic ou encore le sud-coréen LG-Chem. Tesla a lui implanté sa "Gigafactory", une énorme fabrique de batteries au lithium, au Nevada (Etats-Unis).

Cette suprématie se retrouve dans l'activité brevets sur les batteries Li-ion: le Japon a lui seul représente 41% des dépôts entre 2014 et 2018. En 2018, le Japon avait déposé 2.339 familles de brevets relatifs aux batteries, devant la Corée (1230), qui est passée devant l'Europe et les Etats-Unis dans les années 2010-2011. En Europe, l'Allemagne occupe la première position avec plus de la moitié des brevets.

Mais l'Europe tente de percer. Bruxelles a donné en décembre dernier son feu vert à un "Airbus des batteries", avec des aides d'État de 3,2 milliards d'euros. En France, PSA et Saft, filiale de Total, ont lancé une société conjointe (ACC) afin de produire des batteries pour véhicules électriques d'ici à 2023. Selon BCG, le marché mondial des batteries automobiles pourrait atteindre 45 milliards d'euros en 2027, dont 20% à 30% en Europe.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco