BFM Business

Autotests Covid-19: le patron de Système U demande leur vente dans les grandes surfaces

Biosynex, spécialisée dans les tests de diagnostics rapides, espère pouvoir proposer en vente libre et au grand public des autotests rapides de diagnostic du Covid-19.

Biosynex, spécialisée dans les tests de diagnostics rapides, espère pouvoir proposer en vente libre et au grand public des autotests rapides de diagnostic du Covid-19. - Rijasolo-AFP

La Haute Autorité de santé se penche cette semaine sur les autotests antigéniques pour dépister le Covid. Dominique Schelcher, président de Système U, réclame l'autorisation de les vendre en supermarché, comme c'est le cas en Allemagne.

En France, la vente de tests antigéniques Covid-19 à faire soi-même n'est pas autorisée, contrairement à l'Autriche, au Royaume-Uni ou à l'Allemagne. Mais la France n'y est pas hermétique. La Haute Autorité de santé (HAS) a engagé une réflexion sur le sujet et un groupe de travail doit se réunir cette semaine pour y répondre, selon Le Journal du Dimanche.

Cédric Carbonneil, chef du service d'évaluation des actes professionnels de la HAS, a ainsi assuré à l'hebdomadaire: "oui, la France va y aller. La question est comment et avec quels tests".

Sur Twitter, Dominique Schelcher, président de Système U, va plus loin et réclame l'autorisation de la vente en supermarché de ces dispositifs de dépistage à domicile. Selon lui, une telle décision serait "du bon sens à un moment où ce geste pourrait se banaliser".

La vente en supermarché cartonne en Allemagne

Leur vente est déjà autorisée en Allemagne, où le produit a rapidement trouvé ses clients. En quelques heures samedi dernier, les Allemands ont fait une razzia des kits disponibles.

Chez Lidl, les cinq tests étaient vendus 22 euros quand chez Aldi, il fallait compter 25 euros pour un pack de cinq produits "made in Germany". Face au succès, les deux distributeurs affirment tout mettre en oeuvre pour proposer rapidement d'autres tests à la vente. Les drugstores Dm et Rossmann assurent qu'ils proposeront ces autotests à leurs clients dans les plus brefs délais.

Avec ces tests rapides, l'objectif est de donner plus de liberté à la population après des mois de restrictions. Mais les experts soulignent qu'ils sont moins fiables que les tests PCR et que les mesures de protection doivent être maintenues même en cas de test négatif.

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech