BFM Business

Arrêt de travail pour Covid: comment le demander

Comme l'a annoncé le Premier ministre jeudi, les salariés cas contact ou symptomatiques pourront demander un arrêt de travail indemnisé et sans jour de carence dès le 10 janvier. Voici la démarche à suivre pour le demander.

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé jeudi qu'à compter du 10 janvier, une personne présentant des symptômes du Covid-19 ou étant cas contact pourra obtenir un arrêt de travail "immédiat", indemnisé sans jour de carence, sur simple déclaration.

S'il est cas contact, cet arrêt de travail est destiné aux salariés qui ne peuvent pas télétravailler. Pour l'obtenir, une démarche bien précise est à respecter.

Se signaler à l'Assurance maladie

Dans un premier temps, la personne cas contact ou présentant des symptômes doit se signaler sur le site "declareameli.fr" ou "declare.msa.fr". Elle reçoit alors un récépissé à fournir à son employeur pour justifier son absence. Ce document permet également de déclencher le versement d’indemnités journalières et du complément employeur, sans délai de carence.

Le salarié a ensuite deux jours pour réaliser un test PCR. Une fois le test effectué, la personne doit à nouveau se connecter sur le site "declareameli.fr" ou "declare.msa.fr" pour indiquer la date du test et le lieu de dépistage.

Deux scénarios sont alors possibles. Si le test est négatif, le salarié reprend le travail et remet à son employeur un document de l'Assurance maladie attestant des dates de l'arrêt de travail. Si le test est positif, l'arrêt de travail est prolongé.

Les salariés ayant sollicité un arrêt de travail seront suivis par l'Assurance maladie, avec "2 à 3 appels téléphoniques sur 7 jours", a indiqué le Premier ministre jeudi. A partir du 20 janvier, une visite à domicile par un infirmier sera proposée également à chaque personne.

Des symptômes divers

Les symptômes du Covid-19 qui entrent dans le champ de ce dispositif sont au nombre de 19: fièvre, toux sèche, fatigue, courbatures, maux de gorge, diarrhée, conjonctivite, maux de tête, perte de l'odorat ou du goût, éuption cutanée, ou décoloration des doigts ou des orteils, difficultés à respirer ou essoufflement et sensation d'oppression ou douleur.

Une personne est considérée comme cas contact quand elle a eu une interaction prolongée avec une personne positive sans masque, ou avec un seul masque.

L'arrêt de travail se fonde sur les seules déclarations du salarié. Cette annonce a provoqué la colère de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) qui dit craindre "un absentéisme incontrôlé" et "une très forte augmentation des arrêts de travail". L'organisation réclame au gouvernement de mettre en place "un encadrement évitant les dérives de toutes natures".

Gaëtane Meslin et Pauline Dumonteil