BFM Business

Après l'éviction d'Emmanuel Faber, quelle stratégie pour Danone?

En attendant l'arrivée d'un nouveau directeur général, c'est le statu quo pour la stratégie du groupe.

Quel avenir pour le plan stratégique "Local first" de Danone après l'éviction d'Emmanuel Faber ? C'est toute la question alors que s'ouvre une période de transition: le conseil d'administration cherche un nouveau directeur général pour épauler Gilles Schnepp, tout juste arrivé à la tête du groupe pour remplacer l'ex-PDG évincé dimanche soir. Ce sera à la nouvelle direction de décider de la pertinence du plan d'orientation stratégique de Danone et, en attendant, c'est le statu quo dans l'entreprise.

La réunion des investisseurs du 25 mars a notamment été reportée. En interne, on veut croire que dans le plan de relance mis en place par Emmanuel Faber, baptisé Local First, tout n'est pas à jeter, notamment l'idée de piloter les marques au plus près des besoins locaux des consommateurs – pour eux, le problème de Danone était un problème de gouvernance, pas de stratégie.

Du plomb dans l'aile

Pour autant, "Local first" a bien du plomb dans l'aile. D'abord parce qu'il porte peut-être un peu trop la marque de fabrique d'Emmanuel Faber, mais aussi parce que tous les administrateurs du groupe ne sont pas convaincus de sa nécessité, quand bien même il a été voté en novembre dernier à l'unanimité.

Les fonds d'investissements n'en veulent pas, mais dans un souci d'apaisement et de retour à des relations plus cordiales, ils n'ont pas l'intention pour le moment en tout cas de revenir à la charge.

Hélène Cornet avec Jérémy Bruno