BFM Eco

A partir du 1er juin, le droit au chômage partiel pour garde d'enfants sera plus restrictif

A partir du 1er juin, les parents devront fournir une attestation à leur employeur pour justifier que l'établissement scolaire de leur enfant n'est pas en mesure de l'accueillir. Sans ce justificatif, ils n'auront plus droit au chômage partiel.

Le retour en classe se fera de manière progressive et sur la base du volontariat à partir du 11 mai, a annoncé Edouard Philippe lors de la présentation du plan de déconfinement à l'Assemblée nationale mardi.

Les parents qui souhaiteraient continuer de garder leurs enfants à la maison sans reprendre le travail seront automatiquement basculés en chômage partiel à compter du 1er mai. Cette aide de l'Etat sera en revanche plus restrictive dès le 1er juin.

A cette date, il faudra fournir une attestation de l'école à son employeur pour justifier que l'établissement scolaire n'est pas en mesure d'accueillir son enfant. Dit autrement, le retour en classe ne se fera plus selon la volonté des parents mais seulement pour des raisons sanitaires édictées par l'école. Sans ce justificatif, ces derniers n'auront plus droit au chômage partiel et devront donc poser des jours de congés pour garder leurs enfants. 

Baisse de la prise en charge de l'Etat 

En outre, la prise en charge du chômage partiel par l'Etat devrait baisser à partir du 1er juin, sauf pour les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire et dont les établissements seront probablement toujours fermés, comme l'hôtellerie-restauration. 

Actuellement, l'Etat prend intégralement en charge jusqu'à 4,5 Smic le coût du chômage partiel pour les entreprises. La réduction de cette prise en charge devrait faire l'objet d'une discussion entre le ministère du Travail et les partenaires sociaux. 

Gaëtane Meslin avec Paul Louis