BFM Côte d'Azur
Cote dAzur

Antibes: un homme suspecté du meurtre de sa compagne, un corps retrouvé dans un réfrigérateur

Police judiciaire (illustration).

Police judiciaire (illustration). - AFP

Deux hommes ont indiqué avoir découvert le corps dans un frigo qu'ils conduisaient à la déchetterie à la demande d'un ami.

Un corps humain a été retrouvé dans un réfrigérateur il y a quelques jours à Antibes par deux hommes censés conduire le frigo à la déchetterie, a indiqué le parquet de Grasse dans un communiqué.

Les faits remontent à samedi dernier. Les deux hommes doivent transporter un frigo à la déchetterie à la demande d'un ami. Constatant une forte odeur émanant du réfrigérateur, verrouillé par un cadenas, ils décident de l'ouvrir. A l'intérieur, ils découvrent le cadavre d'un chien ainsi qu'un corps humain. Ils alertent ensuite leur avocat qui prévient les forces de l'ordre.

Un cadavre de chiot découvert au domicile du suspect

La police d'Antibes a rapidement interpellé les deux hommes et les a placés en garde à vue. Leur version des faits ayant été confortée, ils ont été libérés. Le lendemain, un autre homme de nationalité danoise a été interpellé par le RAID et placé en garde à vue.

"La perquisition réalisée à son domicile permettait la découverte de nombreuses armes chargées, de produits stupéfiants et d’un cadavre de chiot dans un congélateur", indique le parquet de Grasse.

L'homme déféré au parquet

Si le corps de la victime n'a pas encore été identifié avec certitude, les premiers éléments indiquent qu'il s'agit de la femme de l'individu placé en garde à vue. Questionné par les forces de l'ordre, l'homme âgé de 32 ans n'a pas donné plus d'informations ni de justification sur les circonstances des faits.

Une autopsie a été menée sur le corps. Elle a permis de révéler que la victime a été tuée par arme à feu.

L'homme mis en cause a par la suite été déféré au parquet en vue de l'ouverture d'une information judiciaire pour notamment "homicide par conjoint" et "sévices graves ou actes de cruauté envers un animal domestique, apprivoisé ou captif ayant entraîné la mort".

Sa mise en détention provisoire a été requise par le parquet. Un examen psychiatrique a été mené et n'a pas conduit à une irresponsabilité pénale de l'individu. Celui-ci est déjà connu des services de police pour des faits de mauvais traitement envers un animal.

Gauthier Hartmann