BFM Business

VTT, électriques ou pour les enfants: les ventes de vélo explosent depuis le déconfinement

Depuis le déconfinement, les ventes de vélo ont doublé.

Depuis le déconfinement, les ventes de vélo ont doublé. - Bertrand Guay- AFP

Depuis le déconfinement, les magasins de vélos ne désemplissent pas: les ventes ont doublé par rapport à l’année dernière. Les Français adoptent la petite reine pour leurs déplacements et ainsi éviter les transports en commun. Mais aussi pour leurs loisirs: les VTT et les vélos pour enfants sont des best-seller de ce printemps.

Le vélo est en train de connaître un nouvel âge d’or. Depuis le déconfinement, les Français l’ont adopté en masse. Certains ont ressorti leur vélo de la cave, motivés par la prime gouvernementale de 50 euros pour leur réparation. Mais d’autres ont dû s’équiper et se sont précipités dans les grandes enseignes de sport et les vendeurs de vélos.

"Depuis la réouverture des boutiques, quelques jours avant le 11 mai, les ventes ont doublé. 500.000 vélos ont été vendus en mai en France", s’enthousiasme Jérôme Valentin, président de l’Union des sports et des cycles (USC), qui fédère plus de 60% des acteurs de vente de cycles.

Le pic a eu lieu la première semaine du déconfinement, du 11 au 17 mai, avec un bond de 124% des ventes, et de 94% sur la suivante.

Chez Intersport, les ventes de vélo ont été multipliées par 2,5 depuis la mi-mai. "Nous vendons plus de 4000 vélos par jour depuis le 11 mai dernier", se félicite l’enseigne. Le poids de l’activité cycle (y compris réparation) constitue un peu plus de 22% du chiffre d’affaires depuis le 11 mai dernier, alors qu’il était de 13,3% l’an passé sur la même période, note l’enseigne.

Même constat chez Go Sport qui a triplé ses ventes de vélos ces dernières semaines. Décathlon a aussi noté une affluence record dans ses rayons cycle, sans toutefois fournir plus de chiffres sur l’augmentation des ventes. 

Le VTT a la cote

Quels sont les modèles qui ont la faveur des Français ?

"Nous sommes dans une période de crise, plus de la moitié des vélos vendus sont des entrées de gamme, avec un prix inférieur à 300/400 euros", souligne Jérôme Valentin de la USC.

Pour comparaison, le budget moyen pour l’achat d’un vélo était de 490 euros en 2018, selon la Fédération française de cyclisme. Malgré leur prix élevé, les vélos électriques aussi voient la demande augmenter, mais dans une mesure moindre.

Une bonne partie de ces achats est motivée par le désir d’avoir une alternative aux transports en commun pour ses déplacements. La création de nouvelles pistes cyclables dans les agglomérations facilite notamment l’adoption du vélo pour les trajets domicile-travail.

Ce bond des ventes de vélo s’appuie aussi sur la recherche d’une activité de loisir. En témoignent les ventes de VTT qui sont en forte croissance. Chez Intersport, c’est la gamme qui enregistre la forte plus demande, avec des ventes multipliées par 3,4. Decathlon aussi a constaté une préférence pour les VTT, adultes et juniors.

"On note aussi beaucoup de ventes de vélos enfants", confirme Jérôme Valentin. Après deux mois de confinement entre quatre murs, les Français semblent être à la recherche d’activité en pleine nature en famille. 

Les ventes d'accessoires suivent le mouvement

Mais l’achat d’un vélo entraîne toute une série de dépenses complémentaires. Le rayon des accessoires est lui aussi pris d’assaut. Par exemple, Intersport confie avoir vu ses ventes de casques, antivols et pompes plus que doubler. 

Et quand les Français ont investi dans un vélo, ils tiennent à lui et prennent soin de l’assurer. Cyclassur, du groupe Gritchen assurances, tire bénéficie de ce nouvel engouement pour le cycle.

"Nous avions commencé l’année 2020 avec une augmentation du nombre de vélos assurés de +50% sur les deux premiers mois de l’année. La levée du confinement et les restrictions mises en place dans les transports ont entraîné une augmentation du nombre de vélos assurés très importante. Depuis la fin du confinement, l’augmentation du nombre de ventes d’assurances sur notre site internet est de +205%, par rapport à un exercice N-1 qui était déjà en forte croissance" explique un porte-parole de Cyclassur.

Mais la peur du vol ou de l’accident n’est pas partagée de la même façon sur tout le territoire. Ce sont les Franciliens qui sont les plus enclins à prendre une assurance. Pour le seul mois de mai, 73% des souscriptions ont été effectuées pour assurer un vélo situé en Ile de France, dont 44% à Paris intramuros.

Coralie Cathelinais