BFM Auto

Programmer son GPS peut être aussi dangereux au volant qu'envoyer un sms

"Les constructeurs devraient avoir pour objectif de limiter la distraction du conducteur en concevant des systèmes qui ne demandent pas plus d’attention visuelle ou mentale que d’écouter la radio", demande l'Association Américaine des Automobilistes.

"Les constructeurs devraient avoir pour objectif de limiter la distraction du conducteur en concevant des systèmes qui ne demandent pas plus d’attention visuelle ou mentale que d’écouter la radio", demande l'Association Américaine des Automobilistes. - Fabrice Coffrini - AFP

Une étude américaine a testé les systèmes d'infodivertissement d'une trentaine de véhicules récents. La majorité d'entre eux est trop complexe, obligeant le conducteur à se concentrer trop longtemps sur le GPS plutôt que sur la route.

Envoyer un SMS au volant multiplie par 23 le risque d’accident, expliquait l'année dernière une étude américaine. L'Association Américaine des Automobilistes (AAA), l'équivalent de notre Automobile Club, a publié cette semaine une étude où elle évalue l'impact d'autres types d'écrans présents à bord sur la sécurité routière. Il en ressort que l’écran tactile situé sur la planche de bord, servant à accéder à l'infodivertissement (GPS, commandes de confort, musique), s'avère en fait aussi, voire bien plus dangereux, que de consulter son téléphone au volant.

40 secondes d'inattention

"Les nouveaux systèmes d'infotainment retiennent l'attention comme le regard du conducteur, et lui font ôter les mains du volant pendant une période potentiellement dangereuse", souligne l’étude de la AAA. S'il n'est pas assez intuitif, programmer son GPS, via l’écran tactile, ou par commande vocale, amène en effet le conducteur à être distrait pendant 40 secondes en moyenne. 40 secondes pendant lesquelles il continue de conduire. Ainsi, à 50km/h, le conducteur a le temps de parcourir 555 mètres sans être totalement concentré sur la route, voire totalement distrait.

L'étude s'est ainsi penchée sur le système de 30 modèles récents de voitures, américaines et européennes. Une douzaine permet notamment de programmer le GPS alors que le véhicule roule, une situation dangereuse.

"Certaines technologies peuvent créer des situations qui ne mettent pas les conducteurs en sécurité, en augmentant le temps nécessaire où leur attention et leurs yeux ne sont pas focalisés sur la route. Quand le système n'est pas correctement conçu, de simples tâches peuvent devenir beaucoup plus compliquées, et demander beaucoup plus d’efforts aux conducteurs", souligne le Dr. David Yang, directeur de la Fondation pour la sécurité routière de l’AAA.

Parmi les véhicules qui demandent beaucoup d'attention, et représentent donc potentiellement un danger plus important sur la route, se trouvent la Ford Mustang, la Tesla Model S, l’Audi Q7 et différents modèles américains. En revanche, la Chevrolet Equinox ou le Hyundai Santa Fe semblent beaucoup plus simple à utiliser. Voici la liste complète des modèles testés: à gauche ceux qui ne demandent qu'une attention modérée, à droite ceux qui demandent beaucoup d'attention, ce qui est incompatible avec la conduite.

Sur la colonne de gauche, les véhicules dont le système d'infodivertissement distraient peu les conducteurs. A droite, ceux qui demandent beaucoup trop d'attention.
Sur la colonne de gauche, les véhicules dont le système d'infodivertissement distraient peu les conducteurs. A droite, ceux qui demandent beaucoup trop d'attention. © AAA

"Les constructeurs devraient avoir pour objectif de limiter la distraction du conducteur en concevant des systèmes qui ne demandent pas plus d’attention visuelle ou mentale que d'écouter la radio", résume Marshall Doney, président de l'AAA. "Les conducteurs doivent eux résister à la tentation d'utiliser ces technologies quand elles ne sont pas nécessaires à la conduite."

Pauline Ducamp