BFM Auto

Nissan mise sur le Bio-Ethanol d'ici 2020

Le Nissan Terra FCEV, prototype de modèle zéro-émissions doté d'une pile à combustible, présenté en 2015.

Le Nissan Terra FCEV, prototype de modèle zéro-émissions doté d'une pile à combustible, présenté en 2015. - Nissan

Les véhicules électriques ont la particularité d'avoir un impact environnemental minime, du moins en terme d'émissions directes. L'inconvénient principal restant évidemment l'autonomie des modèles, les confinant à un usage urbain. Nissan veut changer cela en introduisant une nouvelle technologie dans les moteurs électriques d'ici 2020, alimentés par une pile à bioethanol.

Nissan, est à la pointe dans la technologie 100% électrique, notamment avec le Leaf, véhicule le plus vendue de la catégorie dans le monde, avec 220.000 exemplaires. Un succès dû principalement aux chiffres atteints aux Etats-Unis et au Japon. Mais le constructeur japonais veut passer à la vitesse supérieure, d'ici à 2020, avec une nouvelle technologie, que la compagnie qualifie d'unique dans l'industrie automobile.

Une autonomie de 600 kilomètres ? 

Alors que d'autres constructeurs misent sur l'hydrogène, notamment Hyundai, Nissan a présenté mardi une technologie permettant de fabriquer de l'électricité par le biais d'une pile à combustible remplie au bio-éthanol. L'un des premiers avantages présentés par cette technologie est qu'elle permettrait d'assurer aux conducteurs une autonomie de conduite d'au moins 600 kilomètres. Un gain de mobilité considérable, par rapport aux véhicules électriques classiques. 

L'éthanol plus avantageux que l'hydrogène

-
- © -

Pourquoi l'éthanol ? Ce carburant, extrêmement populaire au Brésil par exemple, est plus facile à manipuler et à transporter que l'hydrogène, l'autre solution d'avenir étudiée par les constructeurs. Il est de plus extrait de produits végétaux, tels que la canne à sucre et les céréales, ce qui peut assurer une production locale La technologie développée par Nissan s'appelle SOFC, pour Solid Oxyde Fuel-Cell, permet de produire de l'électricité par réaction, suite au contact entre l'air et l'hydrogène extrait du bio-éthanol.

-
- © -

Au lieu donc de produire l'hydrogène en usine, Nissan fait le pari d'engendrer sa fabrication au sein même du véhicule ! L'électricité produite ensuite va servir à alimenter les moteurs du véhicule. Une technologie qui n'en est qu'à ses balbutiements, et qui devrait dans un premier temps se destiner aux collectivités et entreprises japonaises, dans le courant 2020.

H.B.