BFM Auto

Audi prépare une version hydrogène du E-Tron Quattro: le H-Tron

Similaire au SUV E-Tron Quattro, le H-Tron fonctionne à l'hydrogène et est prêt. Le problème? Il est trop peu viable économiquement pour être lancé par Audi.

Similaire au SUV E-Tron Quattro, le H-Tron fonctionne à l'hydrogène et est prêt. Le problème? Il est trop peu viable économiquement pour être lancé par Audi. - Audi

Le constructeur aux annéeaux confirme qu'il ne s'agit pas d'un coup d'essai, le but est bien de faire entrer ce SUV à hydrogène en production. Quand? Cela est bien moins clair.

Le groupe Volkswagen, et plus spécialement Audi, passe la vitesse supérieure au niveau des véhicules à hydrogène. Pendant quelque temps, le groupe a paru refroidi par l'idée, mais désormais Audi s'est vu confier la mission de développer une technologie viable de moteur à hydrogène pour toutes les marques de la maison mère.

Le H-Tron Concept, présenté une première fois à Détroit, en janvier dernier, et de nouveau exposé au salon automobile de Genève jusqu'au 13 mars, est le porte-étendard de cette nouvelle impulsion. Il s'agit d'une version hydrogène du déjà novateur E-Tron Quattro, un modèle prévu pour entrer en production en 2017. "Cette voiture ne sera pas construite avec un groupe motopropulseur conventionnel", prévient Stefan Knirsch, ingénieur en chef chez Audi.

D'après ses dires, il y aura trois versions: une 100% électrique, une hybride rechargeable et celle qui nous intéresse aujourd'hui, la H-Tron, au moteur à hydrogène. Une version qui "ne sera pas lancée dans l'immédiat", ajoute Knirsch. Il assure que la technologie et la voiture sont prêtes, mais que le modèle ne sera pas lancé avant que les possibilités de rechargement ne soient plus répandues. Pour le chef ingénieur, "il y en a en Californie et au Japon, mais ce n'est pas assez." La technologie à hydrogène présente plusieurs avantages. Alors que l'E-Tron Quattro a une autonomie d'environ 480 km, le H-Tron aura potentiellement des possibilités "égales aux véhicules essence et diesel, avec un temps de rechargement de quelques minutes" assure Knirsch. Il ajoutes que le H-Tron sera "plus léger car dépourvu de toutes les batteries électriques."

La technologie à hydrogène est plus écologique encore que l'électrique, mais le marché n'est pas encore prêt d'après Audi.
La technologie à hydrogène est plus écologique encore que l'électrique, mais le marché n'est pas encore prêt d'après Audi. © Audi

Une logique économique, écologique mais aussi politique

Aux avantages techniques s'ajoute la dimension politique. "Les véhicules électriques n'entreront pas dans la catégorie zéro émission aux Etats-Unis, la faute à la production de CO2 dans la génération de l'électricité", confesse Stefan Knirsch. La production d'hydrogène aussi pourtant, mais les ingénieurs d'Audi ont plus d'un tour dans leur sac. "Nous avons notre propre centre de production d'hydrogène, fabriqué à partir d'un procédé sans CO2", pour suit l'ingénieur en chef de la marque allemande. Il nous détaille la méthode utilisée: "ce n'est qu'une petite station de fabrication, mais elle démontre que notre procédé est viable. Nous électrolysons de l'eau pour faire de l'hydrogène, grâce à de l'énergie elle même issue de la filière renouvelable."

Malheureusement, en termes d'efficacité, un autre cadre dirigeant d'Audi nous ramène sur Terre: "ce procédé est bien moins efficace que de simplement envoyer l'énergie issue du renouvelable dans une voiture et l'exploiter via... une batterie électrique classique." La technologie électrique, qui est en pleine expansion, n'est donc pas prête d'être détrônée, la faute à une logique économique implacable. L'hydrogène n'est pas encore assez efficace et bon-marché pour être rentable.

Le H-Tron est similaire au E-Tron Quattro qui entrera en production pour 2017.
Le H-Tron est similaire au E-Tron Quattro qui entrera en production pour 2017. © Audi
H.B. avec Top Gear