BFM Auto

Amazon conseille désormais les futurs acheteurs de voiture

Ne manque que le bouton "Achat" sur Amazon Vehicles, qui se présente comme un comparateur en ligne et une communauté de consommateurs.

Ne manque que le bouton "Achat" sur Amazon Vehicles, qui se présente comme un comparateur en ligne et une communauté de consommateurs. - -

Amazon a lancé fin août aux Etats-Unis "Amazon Vehicles". Comparateur communautaire de prix et de modèles aujourd’hui, cette section pourrait bien devenir une gigantesque concession virtuelle.

On peut tout acheter sur Amazon, mais pas encore de voitures. Le géant américain pourrait cependant bientôt y remédier. Après la commercialisation de pneumatiques et de pièces détachées, Amazon a en effet ouvert le 25 août une section dédiée à l’automobile neuve: Amazon Vehicles.

Ce show-room virtuel est pour le moment réservé aux Etats-Unis et ne propose pas d’acheter en ligne une voiture. Amazon Vehicles se présente comme un comparateur géant des prix et des options des différents segments, du pick-up à la berline. Il reprend le design d’Amazon, avec plusieurs modes de recherche par marque ou par type de carrosserie et intègre surtout la force de la plateforme: les avis de consommateurs. Avant la concession virtuelle, Amazon veut d’abord créer "une communauté automobile", comme le précise le géant américain dans son communiqué de lancement.

Des conseils de consommateurs à consommateurs

Cette "communauté automobile" coupe encore un peu plus l’acheteur du concessionnaire. Tout d’abord, pour la recherche de l’information. Les constructeurs ont déjà amorcé le mouvement avec brochures de spécifications et configurateurs en ligne très poussés. La fonction d’informations, qui fut longtemps réservée aux vendeurs en concession, est aujourd’hui trustée par le web, et celle du conseil est en passe de l'être également. Sur Amazon Vehicles, chaque véhicule est ainsi noté par un nombre d'étoiles, classement associé à des avis écrits par les consommateurs, comme pour les livres, jouets et toute autre marchandise vendue sur le site.

Pour Guillaume Crunelle, associé en charge de l’automobile chez Deloitte, l’arrivée d’Amazon sur ce créneau du "tiers de confiance", pourvoyeur de conseils, va dans le sens de l’histoire. "Dans les années à venir, des voitures se vendront sur internet et cela marchera auprès des consommateurs, affirme Guillaume Crunelle. La question sera alors de savoir comment se répartit la marge entre les concessionnaires, les plateformes de ventes en lignes qui auront fait une partie importante du travail de vente et les constructeurs. Cela pose toute la question du rôle des distributeurs".

Troisième attente des consommateurs en concession, la négociation commerciale se passe également de plus en plus sur internet. Tesla propose ainsi de lancer le processus de réservation en ligne, avec un premier dépôt financier. La vente se finalise ensuite chez un distributeur Tesla. "Les consommateurs sont prêts à acheter sur internet, poursuit Guillaume Crunelle. Tout ce qui peut-être digitalisé dans l’acte de vente le sera. Reste l’expérience charnelle autour du véhicule, l’essai avant la finalisation de l’achat, cette partie pourra elle difficilement être dématérialisée".

Pauline Ducamp