BFM Business

Voiture électrique d'occasion: comment récupérer jusqu'à 12.000 euros d'aides?

Afin d'accélérer la transition vers la voiture électrique, un bonus de 1000 euros sera versée en 2021 par l'Etat pour les achats d'occasion. Il pourra se cumuler avec la prime à la conversion et les aides locales.

L'Etat ajoute un bonus dédié aux voitures électriques d'occasion. Une aide de 1000 euros sera versée à partir de l'an prochain, a annoncé ce lundi le minisitre délégué aux transports, Jean-Baptiste Djebarri. Ce nouveau bonus de 1000 euros vient compléter le dispositif actuel de soutien à l'achat de voitures électriques.

Occasion, Outre-mer et ménages modestes

L'Etat propose actuellement déjà un bonus écologique, mais pour l'achat d'une voiture électrique neuve. De 7000 euros cette année, il baissera à 6000 euros l'an prochain. A noter d'ailleurs que ce bonus à 7000 euros sera maintenu en 2021 en Outre-Mer, "où les voitures sont plus chères", a précisé le ministre sur Twitter.

A ce bonus sur le neuf s'ajouteront l'an prochain des "micro-crédits garantis par l'Etat pour (les ménages) les plus modestes". Une réponse à des véhicules électriques trop chers pour certains foyers, a expliqué Jean-Baptiste Djebbari au Parisien. Pour lui, ce dispositif de micro-crédits "permettra justement à ces ménages les plus modestes de pouvoir compléter les aides publiques. De quoi établir une vraie équité sociale pour l'accès à la voiture écologique."

Un bonus sur l'occasion cumulable avec d'autres aides

Avec un petit budget, les futurs acheteurs se tourneront en priorité vers une voiture électrique d'occasion. Ce nouveau bonus pourra alors se cumuler avec la prime à la conversion. Cette dernière permet de recevoir 5000 euros d'aide pour acquérir une voiture neuve ou d'occasion, si l'acheteur met à la casse un véhicule relativement ancien (diesel immatriculé avant 2011 ou essence d'avant 2006).

La prime à la conversion a vu ses conditions d'accès durcies début août dernier pour l'achat de voitures essence ou diesel récentes (Crit'Air 1 et 2). L'aide est désormais réservée aux ménages modestes, disposant d'un revenu fiscal de référence par part inférieur à 13.489 euros. Mais la prime à la conversion pour l'achat d'une voiture 100% électrique restait justement maintenue pour tous les Français. Elle est toutefois ramenée à 2500 euros pour un revenu fiscal de référence supérieur à 13.489 euros.

Le bonus occasion (1000 euros) et la prime à la conversion (jusqu'à 5000 euros) pourront également se cumuler avec les aides locales. La métropole du Grand Paris (131 communes) propose par exemple actuellement une aide pouvant atteindre 6000 euros sous conditions de revenus et qui concerne les achats neuf, d'occasion ou en location longue durée.

En additionnant toutes ces aides, on peut donc aboutir à une réduction de 12.000 euros pour l'achat d'une voiture électrique d'occasion. Un montant théorique puisque le montant de l'aide est en général un plafond qui ne peut dépasser un certain pourcentage du prix d'achat. Il est par exemple de 50% pour la subvention du Grand Paris: si la voiture achetée coûte 10.000 euros, vous ne récupérez que 5000 euros.

Un marché de l'occasion électrique naissant

L'idée du gouvernement est d'accompagner un marché de la voiture électrique d'occasion encore embryonnaire. Entre janvier et septembre, 20.371 véhicules zéro émission ont trouvé preneur d'après les chiffres d'AAA Data, en hausse de 48% par rapport à l'an dernier.

Cela représente seulement 0,5% du marché de l'occasion toutes motorisations confondues, 4.03 millions de véhicules échangés depuis le début de l'année, en recul de 6% avec la pandémie de coronavirus et un marché à l'arrêt pendant le confinement.

Parmi les modèles les plus vendus, on retrouve logiquement la Renault Zoé, largement en tête avec 9667 ventes depuis janvier. Le reste du classement est complété par la Nissan Leaf, les Peugeot e-208 et iOn ou encore la BMW i3, toutes à moins de 1000 ventes enregistrées cette année.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto