BFM Auto

Sécurité routière: les conducteurs portugais n'échapperont plus aux amendes françaises et vice-versa

21% des infractions constatées par des radars concernent des plaques étrangères

21% des infractions constatées par des radars concernent des plaques étrangères - Dominique Faguet AFP

Alors que la France partage depuis le 1er décembre ses informations avec le Portugal, la Sécurité routière rappelle que 21% des infractions sont commises par des conducteurs étrangers, et jusqu'à 50% en période estivale, alors qu'ils ne représentent que 5 à 6% du trafic.

La baisse de la limite de vitesse prévue pour 2018 ne va pas faire réagir que les Français. En effet, de nombreux pays européens ont désormais des accords d'échanges d'informations avec la France, dont le dernier en date avec le Portugal. Depuis le 1er décembre 2017, les ressortissants portugais qui sont flashés pour excès de vitesse ou feu rouge grillé sur le territoire français recevront une amende, et vice-versa. L'accord concerne aussi les véhicules loués dans l'un et l'autre des deux pays.

Le Portugal rejoint ainsi les 12 autres pays de l'Union européenne qui pratiquent désormais l'échange transfrontalier d'informations avec la France. Un accord bilatéral spécifique prévoit également un système équivalent avec la Suisse.

Le Portugal rejoint la liste des pays avec lesquels la France partage les informations sur les infractions routières.
Le Portugal rejoint la liste des pays avec lesquels la France partage les informations sur les infractions routières. © Sécurité routière

Les étrangers, de bons clients des radars français

Dans son communiqué annonçant le nouveau partenariat avec le Portugal, la Sécurité routière précise que depuis 2003 et le déploiement des premiers radars automatiques, environ 21% des infractions relevées concernent des véhicules immatriculés à l'étranger, alors que ces derniers ne représentent que 5 à 6% du trafic routier. Cette moyenne de plus d'une infraction sur cinq commise par un véhicule doté d'une plaque étrangère peut grimper à une sur deux en période estivale, la France étant à la fois un lieu de passage et une destination privilégiée pour les vacances de nos voisins européens.

Cet ajout du Portugal pourrait en tout cas rapporter gros. "En un an (de novembre 2016 à octobre 2017), plus de 290.000 infractions (290.966) ont été commises sur les routes françaises par des véhicules immatriculés au Portugal", note la Sécurité routière. Elle précise que 41% de ces infractions portugaises sont des excès de vitesse commis par des poids lourds.

A titre de comparaison, sur l'ensemble de l'année 2016, 2,86 millions d'avis de contravention ont été envoyés à l'étranger, sur un total de 16,05 millions de PV. En reprenant ce chiffre de 290.000 infractions commises par des voitures portugaises, le pays arriverait directement à la cinquième place du top 10 des pays européens les plus flashés par des radars français. Le Portugal se retrouverait ainsi derrière la Belgique (446.161 PV), l'Espagne (406.669), l'Allemagne (386.287) et les Pays-Bas (371.316) et juste devant l'Italie (287.299).

D'autres pays devraient rejoindre ces accords d'échanges d'informations en 2018. A la fin de l'année prochaine, la France souhaite également mettre en place un "permis à points virtuel". Les conducteurs de véhicules immatriculés à l'étranger se verront attribuer 12 points, comme les conducteurs français. Si le conducteur perd tous ses points, il ne pourra plus circuler en France pendant deux ans.

Julien Bonnet