BFM Business

La limite de vitesse serait abaissée à 80 km/h sur le réseau secondaire dès 2018

Les routes à deux voies non séparées passeraient toutes à 80 km/h de vitesse maximum

Les routes à deux voies non séparées passeraient toutes à 80 km/h de vitesse maximum - Sebastien Bozon - AFP

Le gouvernement devrait entériner dès le début de l'année prochaine l'abaissement de 10 km/h sur une grande partie du réseau secondaire (nationales et départementales), révèle Le Point. Les deux-voies non séparées passeraient à 80 km/h au lieu de 90 km/h.

Le gouvernement prêt à accélérer dans la lutte contre la vitesse excessive. D'après Le Point, Matignon devrait annoncer début 2018 la baisse de 10 km/h de la limitation pratiquée sur les routes qui ne disposent pas de séparation centrale, soit une grande partie du réseau secondaire. La limitation serait ainsi abaissée de 90 km/h à 80 km/h, une mesure testée depuis 2015 sur plusieurs tronçons, comme par exemple sur la RN51.

Une baisse qui fait débat

Plusieurs pays européens disposent déjà d'une limitation à 80 km/h sur routes départementales et nationales, comme la Suisse, les Pays-Bas, la Norvège et la Finlande. Cet abaissement fait débat: pour certains, il induirait une baisse de la gravité des accidents et de la pollution ainsi qu'un trafic plus fluide.

Pour d'autres, en revanche, cela réduit la marge autorisée pour effectuer le dépassement d'un véhicule lent par exemple. L'association 40 Millions d'automobilistes, citée par Le Point, explique ainsi que l'Angleterre, avec une vitesse limitée à 96 km/h sur son réseau secondaire (60 miles par heure) ferait face à deux fois moins d'accidents qu'en France. 

Pour le gouvernement, les esprits seraient en tout cas préparés à cette éventualité, ce qui justifierait la mise en place d'une telle mesure. Pendant un temps, il aurait pourtant été envisagé de pratiquer la baisse à 80 km/h uniquement sur les zones jugées dangereuses, quand le reste du réseau aurait pu voir la limite de vitesse augmentée à 100 km/h. Mais, au moment où le nombre de morts sur les routes est en augmentation, une telle mesure aurait pu paraître contradictoire avec l'objectif d'améliorer la sécurité sur les routes de France.

Pas touche au taux d'alcool

Toujours d'après Le Point, le gouvernement renoncerait en revanche à une baisse du taux d'alcool autorisé. Le taux légal, actuellement à 0,5 g par litre de sang, aurait pu être abaissé à 0,2 g/l, comme c'est déjà le cas dans certains pays européens. 

Ce ne serait toutefois que partie remise, le gouvernement cherchant dans un premier temps à ménager l'opinion publique, mais aussi la filière viticole et l'hôtellerie-restauration, hostiles à une telle mesure. Après avoir fait passer la baisse de la vitesse autorisée, il devrait toutefois rapidement revenir à la charge sur ce front de l'alcool au volant.

Julien Bonnet