BFM Business

A Rennes, la vitesse sur le périphérique…augmente

Alors que Paris a voté hier la piétonisation des voies sur berges rive droite, le préfet d’Ille-et-Vilaine, Christophe Mirmand, a pris sa décision: la vitesse sur la rocade de Rennes va repasser à 90 km/h, à compter du 1er octobre. Finie la limitation à 70km/h, testée pendant un an et dont le bilan est jugé décevant.

Pendant un an, les automobilistes rennais ont dû réduire leur vitesse à 70km/h sur la Rocade. Mais l'expérience ne semble pas avoir convaincu. Douze mois après le début de l’expérimentation, la préfecture fait machine arrière et décide de repasser la vitesse à 90 km/h dès le 1er octobre 2016. Sur la portion limitée à 70km/h, les accidents ont légèrement augmenté, l'écoulement du trafic ne s'est pas amélioré et la qualité de l'air s'est dégradée.

"La pollution automobile baisse mais la pollution des poids lourds remonte. On se rend compte que 12% de poids lourds, ça annihile 80% de véhicules légers en terme de pollution à cette vitesse de 70km/h", explique Frédéric Lechelon, Directeur de la DirOuest (Direction interrégionale des routes).

Du côté des conducteurs, la nouvelle est plutôt bien accueillie. "Il y avait une voie à 70km/h sur la voie qui était assez lente et sur la gauche ça allait plus vite donc ça provoquait pas mal de risques d’accidents", raconte cet automobiliste.

Des résultats peu concluants

L’expérimentation d'une rocade à 70km/h, comme à Paris, avait pour objectif d'évaluer pendant un an l'impact d'une vitesse réduite sur le niveau de pollution, le niveau sonore, l'évolution du trafic et la sécurité routière, dans le cadre du Plan de protection de l'atmosphère (PPA). Rennes est l’une des huit villes françaises à s’être portée candidate pour un tel plan.

Côté trafic, l'examen des temps de parcours aux heures de pointe du matin et du soir "montre des dégradations sur certains secteurs et aucun n'a connu d'amélioration". Pour la qualité de l'air, les mesures de dioxyde d'azote ont relevé une amélioration sur la rocade Nord de Rennes où la vitesse était passée de 110 à 90 km/h, mais rien de significatif sur la rocade Sud passée à 70 km/h, voire plutôt une "légère dégradation". Coïncidence, c’est le jour où la mairie de Paris votait la piétonisation définitive des voies sur berge rive droite, pour lutter notamment contre la pollution, que Rennes a annoncé l’augmentation de la vitesse sur le périphérique.

Aucune tendance concernant l'évolution des niveaux de bruit n'a été mise en évidence et, côté accidents, la tendance est plutôt à la stabilité, selon le compte-rendu de cette expérimentation. Au global, là où la rocade était limitée à 110km/h, elle restera limitée à 90km/h, mais sur tout le reste de la voie, la limitation de vitesse sera relevée à sa vitesse d'origine avant le test, soit 90km/h.

Pour les écologistes le test aurait dû aller plus loin

Cette expérimentation avait été soutenue par la maire de Rennes Nathalie Appéré, et ses partenaires écologistes. ils estiment aujourd’hui que le test aurait dû aller encore plus loin. 

"On était que sur un polluant, le dioxyde d’azote. On n'a pas mesuré les émissions de particules fines donc on ne sait pas si il y a eu un effet bénéfique ou pas", affirme Gaëlle Rougier, élue écologiste à la ville de Rennes.

Cette expérience a permis de dresser un premier bilan à l’heure où la tendance est à la réduction des limites de vitesse sur les routes de France. La vitesse de 90km/h semble être un bon compromis.

H.B.S. et P.Ducamp, avec Julia Van Aelst et Pierre-Emmanuel Becet