BFM Business

Quand la hausse des PV remplit les parking souterrains

Des places de parking inoccupées vont être proposées aux Franciliens pour inciter à prendre les transports en commun.

Des places de parking inoccupées vont être proposées aux Franciliens pour inciter à prendre les transports en commun. - Dominique Faget - AFP

Depuis l’entrée en vigueur des nouveaux PV de stationnement dans la capitale, la fréquentation des parkings souterrains semble bien avoir augmenté.

Face aux 8000 nouveaux PV de stationnement délivrés chaque jour à Paris, les automobilistes se sont réfugiés dans les parkings souterrains. Selon des chiffres exclusifs fournis par différents gestionnaires de parkings et opérateurs de parkings intelligents, la fréquentation et la réservation de places dans les parkings souterrains et partagés de la capitale ont bondi depuis le 1er janvier.

Beaucoup plus de réservations

"Nous enregistrons une très forte augmentation dans nos réservations à Paris, jusqu’à 7 fois plus de réservations horaires de moyenne durée (entre 6 et 12 heures) à Paris, en particulier dans les quartiers les plus touchés par la tension de stationnement et l’augmentation de tarif (les 11 premiers arrondissements)", confie ainsi William Rosenfeld, PDG et co-fondateur de Zenpark.

Via une application, cet opérateur de parking permet de réserver une place de stationnement dans plusieurs dizaines de parkings à Paris. Au-delà des réservations, les demandes d’abonnement ZenPark ont aussi augmenté pour cet opérateur.

"On note une forte dynamique sur les abonnements mensuels: jusqu’à 4 fois plus en demande dans les quartiers du centre, poursuit William Rosenfeld. Mais la demande semble sur du stationnement ponctuel à Paris, les porteurs de carte 'résident' n’étant pas impactés de la même manière".

En effet, une carte résident à l'année dans la capitale coûte 45 euros, puis 1,50 euro la journée de stationnement, moins onéreux donc qu'un stationnement en surface, comme en parking souterrain. A contrario, dans certaines agglomérations de petite couronne, les prix de stationnement ont parfois fortement augmenté. Ainsi, à Vincennes, stationner plus de 2 heures coûte 35 euros, contre 4,40 euros dans un parking souterrain.

Depuis la mise en place des nouvelles amendes de stationnement au 1er janvier, les verbalisations ont augmenté.
Depuis la mise en place des nouvelles amendes de stationnement au 1er janvier, les verbalisations ont augmenté. © BFM Paris

Opérateurs en surface et en sous-sol

Même son de cloche chez OnePark. Sur cette plateforme, les utilisateurs peuvent réserver une place de stationnement dans 280 parkings d’Ile-de-France. Entre décembre 2017 et janvier 2018, le nombre d’heures de stationnement vendues par OnePark a grimpé de 15%. Il a même doublé par rapport à janvier 2017. "Je vous confirme que Onepark note une hausse de la fréquentation de ses parkings parisiens depuis l’arrivée du Forfait Post-Stationnement [FPS, le nom officiel des nouvelles amendes en cas de non-paiement du stationnement, ndlr]", confirme ce gestionnaire qui opère à 45% dans les parkings d’hôtels, et 25% de parkings publics.

En revanche, difficile d’obtenir des chiffres du côté des grands opérateurs de parkings comme Indigo, qui gère 202 parkings dans Paris, ou Urbis Park. Ces deux sociétés affirment ne pas disposer de chiffres de fréquentation de leurs parkings à date. Or, comme le rappelait AutoPlus dans son numéro du 9 février, ces deux entreprises ont aussi été choisies afin d’opérer le contrôle des véhicules stationnés en surface, avec leurs filiales Streeteo et Moovia. Donc de dresser éventuellement les fameux FPS.

Selon des chiffres communiqués en début de semaine par la mairie de Paris, 17% des automobilistes parisiens ont payé leur stationnement en janvier, contre seulement 7% auparavant. En cas de non règlement, le FPS s’élève à 50 euros dans les 11 premiers arrondissements de Paris, 35 euros dans les 9 suivants. Selon un sondage paru dans le numéro d’AutoPlus cette semaine, 65% des personnes interrogées expliquent avoir renoncé à venir dans les villes où le FPS est trop élevé. Une nouvelle source d’évaporation du trafic pour la capitale?

Carole Blanchard et Pauline Ducamp