BFM Auto

Nouveau contrôle technique: vers une ruée dans les garages?

Avant l’entrée en vigueur du contrôle technique le 20 mai, les automobilistes se font progressivement de plus en plus nombreux dans les garages pour éviter un contrôle plus sévère.

"Sur la plage horaire de 7h30 à 19h30, on a une activité très suivie. On occupe tout le monde toute la journée. Il a fallu se renforcer pour répondre à la demande", constate au micro de nos confrères de RMC Pascal de Oliveira. A deux mois de l'entrée en vigueur du nouveau contrôle technique, ce patron d’un garage dans les Hauts-de-Seine, en région parisienne, enchaîne les rendez-vous. "Une grosse partie des gens viennent en anticipant leur date de plusieurs mois pour pouvoir passer sous la réglementation actuelle", poursuit-il.

Un contrôle durci dans 2 mois

A partir du 20 mai, le contrôle technique va en effet se durcir, pour suivre une directive européenne. Plus de points de contrôle, certaines réparations exigées dans les 24 heures, et un prix plus élevé, de nombreux automobilistes préfèrent anticiper.

Pascal de Oliveira estime la hausse des contrôles effectués dans son garage à cette période de l’année entre 10 et 20%. Du côté du Conseil National des Professionnels de l’Automobile (CNPA), on se veut plus mesuré. "On note une légère hausse, mais pas le rush que l’on imaginait, nous explique un porte-parole. Attendons de voir ce qui se passera en avril". Cette hausse se fait surtout sentir en province, plutôt qu’en région parisienne.

"Nous avons noté une hausse de 10% des contrôles, souligne Guy Morvan, directeur qualité chez SGS. Lors de la dernière évolution majeure du contrôle technique, en 2007, nous avions noté une hausse de 30% des rendez-vous". Les automobilistes appellent cependant déjà pour prendre rendez-vous en avril, un mouvement inédit, souligne-t-on du côté de SGS (qui possèdent les réseaux Sécuritest et Auto Sécurité).

L’an dernier, 20,615 millions de contrôles techniques ont été passés en France. Et avec un parc de voitures de plus en plus âgé en France, pratiquement 12 ans en moyenne, le nouveau contrôle pourrait bien recaler un plus grand nombre de véhicules.

Attention à la contre-visite

En 2017, 18,56% en moyenne des véhicules contrôlés devaient en effet revenir pour une contre-visite, soit une hausse d’un point par rapport à 2016. "Lors des tests que nous avons effectués ces derniers mois, pour préparer l'entrée en vigueur de la nouvelle réglementation, le taux de voitures mises en contre-visite atteignait les 40%", estime Guy Morvan.

De 123, le nombre de points de contrôle passera le 20 mai à 133. La réglementation crée surtout la notion de "défaillance critique". Au nombre de 129, sur des éléments de sécurité comme des pneumatiques fortement dégradés ou encore une corrosion excessive de la carrosserie, elles demanderont une prise de rendez-vous dans la journée pour réparer.

En revanche, la contre-visite devra toujours être faite dans un délai de 2 mois. Mais attention! Si vous passez le contrôle technique avant le 20 mai, la situation peut devenir compliquée si votre véhicule est soumis à une contre-visite. "Pour les contre-visites qui seront réalisées après le 20 mai, c’est un contrôle complet ‘nouvelle réglementation’ qui sera réalisé", précise le CNPA.

L'automobiliste malchanceux passerait alors 2 contrôles techniques. "Si une voiture est réparée pour quelques défauts mineures, et repasse en contre-visite après le 20 mai, elle repassera le contrôle technique avec la nouvelle réglementation, et pourra donc de nouveau être envoyée en contre-visite, précise Guy Morvan. Nous conseillons donc à tous nos clients d'anticiper".

Pauline Ducamp