BFM Auto

Nouveau contrôle technique: tout ce qu’il faut savoir

A partir du 20 mai 2018, un nouveau contrôle technique plus drastique entrera en vigueur en France.

A partir du 20 mai 2018, un nouveau contrôle technique plus drastique entrera en vigueur en France. - Mychele Daniau - AFP

A partir du 20 mai 2018 entrera en vigueur un tout nouveau contrôle technique, beaucoup plus sévère. Conséquence, les véhicules pourront être immédiatement immobilisés en cas de défaut sur plus d’une centaine de points de contrôle jugés critiques.

À partir de 2018, le contrôle technique se durcit. Si des tests sont actuellement menés pour renforcer les procédures de contrôle de la pollution des véhicules, c’est tout le contrôle technique qui sera revu l’année prochaine. Décryptage de cette nouvelle réglementation, alors qu’un Français sur 3 oublie de faire son contrôle technique dans les temps impartis.

Pourquoi un nouveau contrôle technique?

Le contrôle technique est obligatoire en France depuis 1992, mais une directive européenne du 03 avril 2014 vise à harmoniser cette pratique au niveau communautaire. C’est cette directive qui sera traduite, dès l’année prochaine, dans la réglementation française, avec l’entrée en vigueur du "nouveau contrôle technique". Au-delà de l’harmonisation européenne, le nouveau dispositif doit aider à rajeunir le parc roulant. Actuellement, en France, l'âge moyen d'une voiture est de 9 ans.

"Le contrôle technique est un juge de paix sur l’état d’entretien du véhicule, nous confiait il y a quelques semaines Bernard Bourrier, président du métier contrôle technique au CNPA (Conseil National des Professionnels de l'Automobile). Il assure que l’entretien du véhicule est réalisé, donc que celui-ci ne présente pas danger".

Quand entrera-t-il en vigueur?

La directive européenne date du 03 avril 2014, et il aura fallu 4 ans pour la transcrire en droit français. Le nouveau contrôle technique entrera donc en vigueur le 20 mai 2018. En revanche, la périodicité du contrôle reste la même. Le 1er contrôle technique doit avoir lieu dans les six mois précédant le 4e anniversaire de l’immatriculation du véhicule, puis tous les deux ans à compter de la date du dernier contrôle.

Mais alors que les automobilistes disposent actuellement de 2 mois pour effectuer, le cas échéant, une contre-visite, ils ne pourraient bientôt plus disposer que de 24 heures pour représenter leur véhicule si certaines défaillances "critiques" sont constatées. 

Quels nouveaux points de contrôle?

Comportant 124 points de contrôle actuellement, le nouveau contrôle technique en examinera 400 l'an prochain. Trois degrés de sévérité seront appliqués à ces points: mineure, majeure et critique.

"Les défaillances critiques constituent un danger direct et immédiat pour la sécurité routière ou ayant une incidence grave sur l’environnement", souligne un article de l’arrêté du 02 mars 2017, qui modifie le contrôle technique.

Ces points critiques sont au nombre de 126, et vont d'une vitre endommagée empêchant le conducteur de bien voir, au pot d’échappement qui risque de se décrocher, en passant par le dispositif de freinage assisté qui ne fonctionne pas. Si l’un de ces points est relevé lors de l'inspection, le véhicule pourrait être immédiatement immobilisé, sauf pour se rendre au garage afin d'engager les réparations nécessaires. 

Combien coûtera le contrôle technique en 2018?

Selon Bertrand Billaud, gérant de centres de contrôle et président de la branche contrôle technique de la FNAA (Fédération Nationale de l’Artisanat Automobile) interrogé par l’AFP, le contrôle technique coûte, aujourd'hui, en moyenne 65 euros. Ce tarif pourrait augmenter, compte-tenu du nombre de points de contrôles plus important à vérifier. Par ailleurs, en cas de défaut de présentation au contrôle technique, le propriétaire du véhicule risque toujours 135 euros d’amende.

Pauline Ducamp