BFM Business

En 2018, tout change dans le contrôle technique sauf sa fréquence

A partir du 20 mai 2018 entrera en vigueur une nouvelle version du contrôle technique.

A partir du 20 mai 2018 entrera en vigueur une nouvelle version du contrôle technique. - Michèle Fayau - AFP

A partir du 20 mai, une nouvelle réglementation du contrôle technique entrera en vigueur. Plus sévère, plus long, ce nouveau contrôle technique ne sera en revanche pas plus fréquent. Il aura toujours lieu tous les 2 ans.

C'était une crainte pour beaucoup d'automobilistes équipés d’une voiture un peu ancienne ou au portefeuille un peu serré: devoir passer plus souvent le contrôle technique. Mais si la nouvelle formule de cette étape obligatoire en matière de sécurité routière changera fortement à partir du 20 mai, sa fréquence n’évoluera pas. Le contrôle technique se passera toujours tous les 2 ans, à partir du 4e anniversaire de la mise en circulation du véhicule.

"Jusqu'en 2013, dans les discussions, la possibilité de faire passer le contrôle technique tous les ans avait été évoquée", rappelle Guy Morvan, directeur qualité du réseau SGS. "Mais cette idée a été abandonnée", contrairement à une rumeur qui circule sur de nombreux forums.

Une surveillance accrue

"On s'aperçoit effectivement que plus le véhicule vieillit, plus le nombre de défauts constatés est important. La profession milite pour qu’il y ait effectivement une surveillance accrue du véhicule", rappelait sur Sud Radio en début de semaine Bernard Bourrier, président du métier contrôle technique au CNPA.

"Mais aujourd’hui, dans l'état actuel de la législation européenne en vigueur, il n'y a pas de contrôle annuel prévu à partir de la sixième année."

La mise en place de ce nouveau contrôle technique suit l'application d’une directive européenne. Cette dernière exige simplement qu’au minimum le premier contrôle technique ait lieu après 4 ans de circulation, puis tous les 2 ans.

Engager les réparations dans la journée

Autre point d'inquiétude de nombreux automobilistes: le délai d'une journée pour engager les réparations en cas de défaillance critique.

"Le délai n'est pas de 24 heures", précise Guy Morvan. "En réalité, vous aurez le droit de rouler jusqu’à minuit le jour du contrôle pour prendre rendez-vous afin de réparer."

Si le contrôle technique relève ainsi deux défaillances, une critique sur le système de freinage et une majeure sur le pare-brise, il peut d’abord faire réparer la défaillance critique. Il pourra ainsi de nouveau rouler après une contre-visite, et aura le temps de faire réparer l’autre défaillance, non-immobilisante. "Le délai de contre-visite reste toujours de 2 mois", rappelle par ailleurs Guy Morvan.

Objectif: être opérationnel le 20 mai

Après des tests menés ces dernières semaines, les défaillances critiques portaient surtout sur cet échantillon de voitures tests sur les pneumatiques. La plupart des modalités du nouveau contrôle technique est déjà connue, le gouvernement et les professionnels du secteur règlent actuellement les derniers détails. Certains points de contrôle sur les attelages ou le système de freinage ont ainsi été rajoutés ces dernières semaines. Tout doit en effet être opérationnel le 20 mai, date d’entrée en vigueur.

"Nous nous attendons à une hausse des contrôles techniques dans les semaines précédant le 20 mai", poursuit Guy Morvan. "Mais même avec un contrôle technique passé avant cette date, si la voiture doit repasser une contre-visite, il repassera alors le nouveau contrôle technique."

Selon une étude de 2016, un Français sur trois dépasse la date limite pour réaliser son contrôle technique.

Pauline Ducamp