BFM Business

Pour Singapour, l'avenir de la voiture électrique c'est l'hydrogène

Après la Chine, Singapour voit dans l'hydrogène un carburant d'avenir pour les voitures électriques

Après la Chine, Singapour voit dans l'hydrogène un carburant d'avenir pour les voitures électriques - Air Liquide

Dans une interview à Bloomberg, le ministre singapourien de l'environnement estime que les véhicules électriques à batteries ne répondent pas à ses exigences en matière de lutte contre la pollution. Selon lui, l'hydrogène est la voie à suivre.

La transition verte passera-t-elle par des voitures électriques à batteries? A Singapour, les dirigeants en doutent de plus en plus. Lors d'un entretien à Bloomberg, Masagos Zulkifli, ministre de l'Environnement et des Ressources en eau de la ville-Etat, a fait part de ses craintes sur une stratégie qui demande le déploiement de bornes de recharge. Selon lui, ces véhicules ne répondent pas à la stratégie du gouvernement, en terme de mobilité et de pollution. N'en déplaise à ... Elon Musk. 

Une pierre dans le jardin de Tesla

Tesla attend en effet l'autorisation de déployer ses "superchargeurs" à Singapour.

"Elon Musk propose un style de vie alors que ce qui nous intéresse est de résoudre les problèmes climatiques", a déclaré Masagos Zulkifli.

Le ministre rappelle que "trouver une place de stationnement est déjà problématique" et qu'il sera "difficile de développer des stations de recharge" dans les zones à forte densité où vit la population. Elon Musk qui s'était agacé en janvier de la lenteur de Singapour à passer à l'électrique risque encore de devoir patienter. 

Pour Masagos Zulkifli, il faut continuer à développer les transports en commun, bus et métro plutôt qu'inciter à s'acheter une voiture, même moins polluante.

Privilégier l'hydrogène et réduire la place de la voiture

Le ministre de l'Environnement singapourien voit surtout l'hydrogène comme une meilleure option que dans la lutte contre les émissions de carbone. En cause, la production des batteries et leur recyclage lorsqu'elles sont en fin de vie qui, au final, pourraient avoir une empreinte carbone élevée, selon certaines études. Par ailleurs, l'hydrogène offre une plus grande autonomie et un temps de recharge équivalent à celui d'une voiture à moteur thermique.

La Chine, qui s'est très vite lancée dans l'électrique, a également décidé de prendre la voie de l'hydrogène en complément des véhicules à batterie. En avril, Pékin a annoncé un plan gouvernemental pour inciter les constructeurs de voitures et d'utilitaires à lancer des gammes de véhicules électriques alimenté par des piles à hydrogène. Le gouvernement chinois vise 5000 véhicules à hydrogène en circulation dès 2020, 50.000 en 2025 et un million en 2030.

Pascal Samama